Certains immigrants et réfugiés risquent de subir un risque plus élevé de troubles psychotiques


Certains immigrants et réfugiés risquent de subir un risque plus élevé de troubles psychotiques

Les recherches menées en Ontario, au Canada, ont révélé que les immigrants des Bermudes et des Caraïbes et des réfugiés d'Afrique de l'Est et d'Asie du Sud sont jusqu'à deux fois plus susceptibles de développer des troubles psychotiques par rapport à la population en général.

Selon les auteurs, le Canada reçoit environ 250 000 nouveaux immigrants et réfugiés chaque année.

De plus, les chercheurs ont constaté que les immigrants du nord de l'Europe, du sud de l'Europe et de l'Asie de l'Est avaient environ la moitié du risque de développer des troubles psychotiques tels que la schizophrénie et le trouble schizo-affectif par rapport à la population générale.

«Le modèle que nous avons observé en Ontario suggère que les facteurs psychosociaux associés à l'expérience migratoire et à l'intégration au Canada peuvent contribuer au risque de troubles psychotiques», déclarent les auteurs.

Publié dans CMAJ , L'étude a été menée par des chercheurs de l'Institut des sciences évaluatives cliniques (CIEM) et du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH).

Les migrants de première génération représentent près de 30% de la population de l'Ontario - le plus grand nombre de migrants au Canada. Selon les auteurs de l'étude, les données récentes pour la province indiquent qu'il existe des taux plus élevés d'admission à l'hôpital pour les troubles psychotiques dans les régions où une grande proportion de migrants de première génération.

«L'émergence des troubles psychotiques liés à la migration est une préoccupation potentielle au Canada, qui reçoit environ 250 000 nouveaux immigrants et réfugiés chaque année», écrivent les auteurs. Cependant, il existe un manque notable d'informations épidémiologiques actuelles sur l'incidence de la psychose parmi Ces groupes."

Pour l'étude, les chercheurs ont analysé les données de Citizen and Immigration Canada et du CIEM, après une cohorte de 4 284 694 résidents de l'Ontario rétrospectivement depuis 1999 pendant 10 ans. Chaque personne suivie avait entre 14 et 40 ans. Au cours de cette période, les chercheurs ont étudié si l'incidence des troubles psychotiques variait selon les différents groupes de migrants.

Parmi la population générale, le taux d'incidence du trouble psychotique (schizophrénie et trouble schizo-affectif) était de 55,6 pour 100 000 ans-personne. Le taux moyen d'incidence pour les immigrants était inférieur à 51,7 pour 100 000 personnes-années respectivement, mais pour les réfugiés, le taux était significativement plus élevé à 72,8 pour 100 000 années-personnes.

«Les facteurs psychosociaux associés à l'expérience migratoire pourraient être une cause»

"Nous avons constaté que les réfugiés avaient environ 25% plus de risque de troubles psychotiques par rapport aux immigrants", rapporte l'auteur principal, Kelly Anderson, chercheuse postdoctorale de l'ICES Western.

"Nous avons également constaté que le revenu au niveau du quartier était un facteur de protection, les migrants qui vivaient dans les quartiers les plus riches de la province ayant à moitié le risque de troubles psychotiques par rapport aux migrants vivant dans les quartiers les plus pauvres de la province".

Les auteurs reconnaissent que leur étude est limitée par le fait qu'ils ne sont pas en mesure d'évaluer si l'exposition à la vie urbaine ou les conditions de vie défavorisées socioéconomiquement ont changé avec le temps pour ceux de la cohorte. Ils affirment que cette distinction peut avoir des implications importantes pour les associations découvertes au cours de l'étude.

Des données provenant d'autres pays ont suggéré que, dans le monde entier, les migrants internationaux risquent davantage de développer des troubles psychotiques par rapport aux populations hôtes. Non seulement cela, mais ce risque accru a persisté dans la deuxième génération.

«Les modèles que nous observons suggèrent que les facteurs psychosociaux associés à l'expérience migratoire et l'intégration au Canada peuvent contribuer au risque de troubles psychotiques», déclare l'auteur principal de l'étude, le docteur Paul Kurdyak.

Ces facteurs incluent la discrimination, les événements de vie défavorables et stressants, les difficultés économiques et le manque d'éducation. Les auteurs recommandent que d'autres recherches explorent les facteurs de protection potentiels dans les groupes de migrants avec un risque plus faible de troubles psychotiques pour aider à soutenir les programmes de soutien pour les groupes à haut risque.

«Nous devons comprendre pourquoi certains groupes d'immigrants ont des taux de psychose plus faibles. Si nous savons ce qui les protège, cela nous aidera à élaborer des stratégies de prévention pour tous», déclare l'auteur de l'étude, le Dr Kwame McKenzie, directeur médical du Programme des populations insuffisantes de CAMH.

Une étude menée plus tôt cette année a révélé que plusieurs troubles mentaux - y compris la schizophrénie - sont liés par la perte de matière grise dans trois domaines spécifiques du cerveau liés aux fonctions cognitives.

Superfortress Europe - (vpro backlight documentary) (Médical Et Professionnel Video 2024).

Section Des Questions Sur La Médecine: Psychiatrie