Adhd 'double le risque de mort précoce'


Adhd 'double le risque de mort précoce'

Le diagnostic de trouble de l'hyperactivité avec déficit de l'attention augmente le risque de décès et réduit l'espérance de vie globale, une grande étude publiée dans The Lancet montre. Il constate que les personnes atteintes d'un trouble de l'hyperactivité à déficit de l'attention ont plus que doublé le risque de décès prématuré et que les accidents sont la cause la plus fréquente.

D'autres troubles tels que la consommation de substances augmentaient le risque de décès, mais le TDAH était seul un risque indépendant.

Les chercheurs, dirigés par Søren Dalsgaard de l'Université d'Aarhus au Danemark, ont constaté que le risque relatif de mourir était beaucoup plus élevé chez les femmes que chez les hommes atteints d'un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH).

Ne pas recevoir de diagnostic avant l'âge adulte était également associé à un risque plus élevé.

L'étude a été une étude massive de cohorte avec plus de 32 ans de suivi de près de 2 millions de personnes dans les registres nationaux danois.

Les chercheurs ont identifié 32 061 individus, dont 26% étaient des femmes, qui avaient un TDAH dans la cohorte nationale de 1 922 248 personnes.

Les auteurs calculent que le «taux de mortalité pour toutes les causes» (décès de toutes les causes) était:

  • 5,85 pour chaque 10 000 personnes-années chez les personnes atteintes de TDAH
  • 2,21 pour 10 000 chez les personnes sans le trouble (témoins).

Cette différence correspond à une double augmentation du taux de mortalité (MRR) chez les personnes atteintes de TDAH.

Pour les individus diagnostiqués à l'âge de 18 ans ou plus, la probabilité accrue de décès précoce était plus de quatre fois par rapport à ceux sans TDAH au même âge. Les enfants diagnostiqués avant l'âge de 6 ans, en revanche, étaient environ le double du risque de décès par rapport à leurs homologues en bonne santé.

Pour les personnes dont le TDAH a été diagnostiqué à l'âge adulte, il y avait un MRR de 4,25, contre 1,58 pour les personnes diagnostiquées dans l'enfance.

Les auteurs disent ceci "suggère que le TDAH persistant dans l'âge adulte représente souvent une forme plus sévère du trouble".

Les femmes atteintes de TDAH avaient un taux de mortalité plus élevé (3,01) que les hommes atteints du trouble (1,93). Les auteurs concluent:

Les interactions avec l'âge au moment du diagnostic, du sexe et des affections comorbides soulignent l'importance de l'identification précoce du TDAH, en particulier chez les filles et les femmes, et le traitement du trouble défiant oppositionnel comorbide, du trouble de la conduite et du trouble de l'utilisation de substances ".

Les auteurs disent que leur étude souligne l'importance, notamment pour les femmes, du diagnostic précoce et du traitement du TDAH.

Ils soulignent toutefois que le risque de décès précoce, comparé à celui des personnes en bonne santé, ne se traduit pas par un nombre élevé de personnes atteintes de TDAH qui meurent tôt - le risque relatif doublé de décès prématuré se traduit par un faible risque absolu de décès précoce.

Un article de commentaire du professeur de psychiatrie sur l'étude dans le même numéro de The Lancet Fait écho à ce point. Le Dr Stephen Faraone, directeur de la recherche sur la psychiatrie de l'enfant et de l'adolescence à la SUNY Upstate Medical University à New York, affirme que, bien que la mort prématurée inquiète les parents et les patients, «ils peuvent se réconforter en sachant que le risque absolu de décès prématuré est Faible et que ce risque et d'autres peuvent être considérablement réduits avec des traitements fondés sur le trouble.

Dr. Faraone continue:

Pendant trop longtemps, la validité du TDAH en tant que trouble médical a été contestée. Les décideurs devraient tenir compte de ces données et allouer une part équitable des soins de santé et des ressources de recherche aux personnes atteintes de TDAH.

Pour les cliniciens, l'identification et le traitement précoce devraient devenir la règle plutôt que l'exception ".

La cohorte basée sur la population examinée comprenait tous les enfants nés au Danemark entre 1981 et 2011, avec des données de suivi presque complètes jusqu'à 32 ans.

L'augmentation du taux de mortalité par le TDAH était principalement attribuable aux décès dus à des causes non naturelles, les accidents étant la cause la plus fréquente de décès.

«Le TDAH est un trouble neurodéveloppemental commun connu pour causer une altération tout au long de la durée de vie», affirme les auteurs. »Cependant, cette étude est la première à noter que le trouble lui-même est également associé à une mortalité accrue et est le plus élevé chez les individus diagnostiqués à l'âge adulte."

Les chercheurs ont constaté que les individus atteints de TDAH, mais sans les comorbidités du trouble défiant de l'opposition, du trouble de la conduite ou du désordre de l'utilisation de substances, avaient augmenté la mortalité, mais que si ces troubles étaient également présents, il y avait un risque encore plus élevé de mortalité Une "dose-réponse".

Le commentaire du Dr Faraone demande quel lien de causalité peut-être entre le TDAH et le décès précoce, en citant un chemin qui suit les «risques connus du TDAH pour le trouble défiant de l'opposition ou le trouble de la conduite».

Cette voie relie le TDAH au risque de décès comme suit. Il y a un risque accru de:

  • Les troubles antisociaux - qui augmentent le risque de violence et de criminalité
  • Utilisation de la substance - entraînant des accidents et des combats
  • Inattention et impulsivité - accidents croissants et mauvaises habitudes de santé
  • Comportements risqués - entraînant des risques pour la santé et des accidents.

Mais le Dr Faraone note que le TDAH seul, sans conduire à d'autres troubles, s'est révélé augmenter le risque de décès indépendamment, et choisit les caractéristiques suivantes du trouble qui peut augmenter directement le risque d'accident:

  • L'inattention et l'impulsivité - qui affectent la conduite depuis lorsqu'il est traité avec un médicament, il existe une meilleure "performance dans un simulateur de conduite"
  • Les comportements à risque associés à «un faible effort de contrôle et une sensation de sensibilité accrue».

Le risque plus élevé associé à un diagnostic plus tard dans la vie est également souligné: «l'incapacité d'identifier et de traiter le TDAH en temps opportun pourrait empirer le cours du trouble et augmenter le risque d'entrer dans une des voies jusqu'au décès prématuré "Énumérés ci-dessus, dit le docteur Faraone.

Cela offre une alternative à l'explication donnée par les auteurs de l'étude selon laquelle le TDAH persistant représente une forme plus grave du trouble.

En juin dernier, l'American Academy of Pediatrics a publié des conseils sur les soins aux enfants atteints de TDAH pour prévenir la toxicomanie.

Le mois dernier, une étude a révélé que près d'un chez 5 adultes atteints d'épilepsie peuvent avoir des symptômes de TDAH.

HERE ARE 4 INTERESTING HAND SPINNERS (Médical Et Professionnel Video 2020).

Section Des Questions Sur La Médecine: Autre