Survivants de cancer du sein au risque plus élevé de récurrence avec l'utilisation d'un stéroïde synthétique


Survivants de cancer du sein au risque plus élevé de récurrence avec l'utilisation d'un stéroïde synthétique

Un article dans The Lancet Oncology's Le numéro de février rapporte qu'un risque de récidive du patient atteint d'un cancer du sein augmente considérablement avec l'utilisation de Tibolone, un stéroïde synthétique utilisé pour prévenir l'ostéoporose et traiter les symptômes de la ménopause. En conséquence, les survivants du cancer du sein et les patients actuels ne devraient pas recevoir de tampon.

La ménopause précoce est souvent le résultat de traitements contre le cancer du sein, comme la chimiothérapie. Les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes et la perte osseuse sont certains des symptômes qui peuvent être soulagés par des thérapies hormonales. Comme ces médicaments sont censés déclencher une récurrence du cancer, ils ne devraient pas être prescrits.

L'utilisation de Tibolone est approuvée dans 55 pays pour traiter l'ostéoporose et elle est autorisée dans 90 pays à réduire les effets de la ménopause. Le médicament est actuellement utilisé par de nombreux patients atteints de cancer du sein pour réduire les symptômes de la ménopause.

Le professeur Peter Kenemans (VU University Medical Center, Amsterdam, Pays-Bas) et son équipe ont évalué si une dose journalière de tibolone de 2 • 5 mg chez les femmes traitées chirurgicalement pour un cancer du sein et souffrant de symptômes de la ménopause augmentait le risque de retour de la maladie. Sur les 3 000 femmes évaluées, 1 556 étaient dans le groupe Tibolone et 1 422 dans le groupe témoin, avec une moyenne de 52,7 ans à l'entrée et 2,7 ans après la chirurgie.

Les résultats ont montré un risque 40% plus élevé pour les receveurs de Tibolone - 15,2% (237) avec récidive de leur cancer - contre 10,7% (165) des femmes recevant un placebo. L'évaluation a été arrêtée 6 mois plus tôt en raison de l'augmentation manifeste du risque. En outre, ces récurrences (70%) impliquaient des métastases mortelles.

Le fait qu'il n'y ait pas d'étude détaillée des tumeurs primaires et que les facteurs de risque de cancer du sein n'ont pas été évalués, limite cette enquête. Les études à venir peuvent envisager différents groupes de patients atteints de cancer du sein, ainsi que l'étendue de l'utilisation du tamoxifène et si les patients subissent un traitement systémique adjuvant.

Le professeur Kenemans conclut: «Il n'y a pas suffisamment de données pour établir la sécurité de la tibolone chez les femmes qui ont eu un cancer du sein et ne nécessitent pas ou n'ont pas terminé leur traitement adjuvant». Il n'y avait aucun sous-groupe de patients atteints de cancer du sein identifiés qui pourraient utiliser de manière sûre Tibolone. Par conséquent, selon les auteurs, pour tous ces patients, leur utilisation devrait être évitée ou interrompue.

Cette recherche a montré que Tibolone est et devrait rester contre-indiqué pour une utilisation chez les femmes ayant des antécédents de cancer du sein.

Le professeur Kenemans et ses collègues ont mené l'étude au nom du groupe d'étude LIBERATE (Intervention Livial Intervention après cancer du sein: Efficacité, récidive et tolérance). LIBERATE était destiné à évaluer l'efficacité et la sécurité du tibolone chez les femmes ayant des antécédents de cancer du sein et de symptômes vasomoteurs. Le procès était multinational, multicentrique, randomisé, en double aveugle, en groupe parallèle et contrôlé par placebo.

Le groupe d'intervention a eu un nombre considérable de récidives lointaines (augmentation de 37,8%) par rapport au groupe placebo.

The Lancet Oncology

//www.thelancet.com/journals/lanonc/issue/current

Interview with Dr Rath and Dr Niedzwiecki from 'The Truth About Cancer' documentary (Médical Et Professionnel Video 2020).

Section Des Questions Sur La Médecine: La santé des femmes