Le bavardage du cerveau reposant prédit la capacité d'apprendre la langue seconde


Le bavardage du cerveau reposant prédit la capacité d'apprendre la langue seconde

Une deuxième langue est une compétence que beaucoup s'efforcent d'atteindre. Certains le trouvent beaucoup plus facile que d'autres; De nouvelles recherches montrent que la connectivité mesurable entre les zones cérébrales spécifiques pourrait prédire votre niveau de réussite.

L'activité de votre cerveau en repos peut prédire votre réussite à l'apprentissage d'une langue seconde.

Apprendre votre langue maternelle comme un enfant est assez délicat, mais apprendre une seconde est un travail d'amour.

Une fois que nous avons laissé les années d'or de la jeunesse, apprendre de nouvelles compétences linguistiques peut être une bataille difficilement gagnée.

Les chercheurs de l'Université McGill à Montréal, au Canada, ont utilisé l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF) pour mesurer l'activité de repos normale du cerveau des élèves avant d'entreprendre un cours de français.

L'équipe, dirigée par Xiaoqian Chai et Denise Klein, a mesuré si les différences de connectivité prévoyaient le succès des élèves de la langue.

Les résultats, publiés en Le Journal of Neuroscience Cette semaine, sont un regard tentant sur la raison pour laquelle certaines personnes semblent apprendre les secondes langues avec plus de facilité que d'autres.

Connectivité d'état de repos

Même dans les moments où vous ne pensez à rien du tout, le cerveau présente toujours une activité mesurable. Il ne dort jamais vraiment. Les zones éloignées du cerveau transmettent des messages de façon constante et constante.

Ces changements d'activité à travers le cerveau laissent des signaux de signature qui peuvent être récupérés par l'IRMF. Les sections du cerveau qui sont spatialement distantes l'une de l'autre interagissent en permanence. C'est ce qu'on appelle la connectivité fonctionnelle à l'état de repos.

Prévoir l'acquisition de l'apprentissage des langues

Chai et Klein ont pris des scans fMRI de 15 anglophones adultes avant de commencer un cours intensif de français de 12 semaines. Les chercheurs ont testé la fluidité verbale et la vitesse de lecture des élèves avant et après le cours.

La fluidité verbale a été mesurée en demandant aux élèves de parler en français pendant 2 minutes et de compter le nombre de mots uniques parlé. La vitesse de lecture a été mesurée en comptant le nombre de mots par minute à partir d'un texte donné.

L'équipe a spécifiquement étudié les liens entre le reste du cerveau et deux domaines impliqués dans certains aspects du langage; L'insular antérieur / opercule frontal (AI / FO), qui est connu pour jouer un rôle dans la fluidité verbale, et la zone de forme de mot visuel (VWFA), une zone importante pour la lecture.

La neuroscience du langage

La parole est une bête complexe qui nécessite une multitude de compétences. Les humains sont si habiles à la tâche qu'ils ne font que s'arrêter pour considérer à quel point notre maîtrise du langage est vraiment merveilleuse. Une capacité à déchiffrer les squiggles et les symboles en mots, puis ces mots dans les phrases et les phrases dans le sens et l'intention sont seulement un extrait du travail.

D'après les significations et l'intention, nous formons des mots et des opinions propres; Ces mots et ces opinions peuvent ensuite être transformés en sons complexes. La parole implique le contrôle pratiquement miraculeux de plus de 100 muscles individuels travaillant en parfaite synchronisation pour articuler les significations en phrases. Les phrases formées se conformeront à la syntaxe spécifique de notre langue maternelle dans un format qui sera compris dans le contexte particulier que nous nous trouvons.

La compréhension et la production de la langue soufflent dans le vrai sens du terme.

L'AI / FO et VWFA ne sont que deux domaines du cerveau qui semblent jouer des rôles importants dans la génération et la compréhension de la parole. En tant que tels, ils ont fait des cibles utiles pour les expériences qui ont suivi.

L'analyse du cerveau indique la capacité d'apprentissage

Les résultats de l'étude ont en effet montré que les participants ayant des liens plus forts entre l'AI / FO et le gyrus temporel supérieur gauche (une zone impliquée dans le traitement auditif et la compréhension du langage) ont été les meilleurs dans l'examen oral.

En outre, ceux qui ont eu des liens plus forts entre le VWFA et une autre section du gyrus temporel supérieur gauche ont montré des améliorations plus importantes dans le test qui ont évalué leur capacité de lecture.

L'étude a révélé que les différences préexistantes dans la connectivité à l'état de repos prédisent à quel point un étudiant apprendra une seconde langue.

Ces résultats fascinants permettent d'expliquer pourquoi certains semblent être naturellement prédisposés à apprendre des langues. Les auteurs notent que les personnes qui s'engagent à apprendre une nouvelle langue ne devraient pas se sentir désespérées, le cerveau est un organe merveilleusement adaptable.

Cette étude particulière a été réalisée dans un cours intensif de 12 semaines. Une prochaine phase fascinante de cette étude pourrait consister à tracer la façon dont la connectivité du cerveau diminue et s'écoule sur un parcours beaucoup plus long.

La plasticité du cerveau ne connaît pas de limites; Quiconque décide d'accorder toute son attention à l'apprentissage d'une tâche aura certainement un certain succès, indépendamment de sa connectivité de base.

Medical-Diag.com Des recherches récentes ont révélé que les gestes et les images peuvent stimuler l'apprentissage des langues étrangères.

La Magie des Maths de Prépa (1/2) - L'algèbre (Médical Et Professionnel Video 2024).

Section Des Questions Sur La Médecine: Pratique médicale