Abortant les fœtus féminins au canada - action requise


Abortant les fœtus féminins au canada - action requise

Selon un rapport en CMAJ (Journal de l'Association médicale canadienne), les femmes enceintes ne devraient pas être informées du sexe de leur enfant à naître avant les 30 semaines de grossesse, afin de lutter contre le féticide féminin, que certaines personnes de certains groupes ethniques au Canada et de la pratique américaine.

Le féticide féminin est la décision de mettre fin à une grossesse selon le motif que le sexe est féminin. Le féticide féminin est pratiqué dans de nombreux pays en Asie, y compris la Chine, le Vietnam, l'Inde et la Corée, bien que certains immigrants au Canada pratiquent également le féticide féminin, ce qui contribue à un problème petit mais répugnant.

Le Dr Rajendra Kale, rédacteur en chef intérimaire, CMAJ, explique:

"Les petits nombres ne peuvent pas être ignorés lorsque la question concerne la discrimination à l'égard des femmes sous la forme la plus extrême. Ce mal dévalue les femmes. Comment peut-il être freiné? La solution est de reporter la divulgation d'informations médicalement non pertinentes aux femmes jusqu'à ce qu'elles soient environ 30 semaines De grossesse.

Les femmes enceintes qui se racontent le sexe du fœtus à l'échographie à un moment où un avortement incontesté est possible est le point de départ du féticide féminin du point de vue de la santé. Bien qu'une femme ait le droit d'être informé de sa santé et de ses soins médicaux, le sexe du fœtus est une information médicalement non pertinente (sauf en cas de maladie rare liée au sexe) et n'affecte pas les soins.

Dans certains groupes ethniques, les couples qui ont deux filles et aucun fils ont décidé de mettre fin aux fœtus féminins jusqu'à ce qu'ils conçoivent un enfant masculin, selon une recherche au Canada. Aux États-Unis, une petite étude menée auprès de 65 immigrantes indiennes a révélé que 40% des grossesses terminées antérieurement avec des fœtus féminins et 89% des femmes portant un fœtus féminin ont annulé leurs grossesses actuelles.

Le Dr Kale affirme que les collèges provinciaux qui régissent les médecins devraient adopter des politiques qui limitent les femmes à connaître le sexe de leur enfant à naître jusqu'à au moins 30 semaines de grossesse.

Le Dr Kale a conclu:

"Par rapport à la situation en Inde et en Chine, le problème du féticide féminin au Canada est petit, circonscrit et gérable. Si le Canada ne peut pas contrôler cette pratique répugnante, quel espoir pour l'Inde et la Chine de sauver des millions de femmes?

FEMEN vs Hollande (Médical Et Professionnel Video 2021).

Section Des Questions Sur La Médecine: La santé des femmes