Utilisation de eyebrain tracker dans l'essai clinique de thérapie de parkinson


Utilisation de eyebrain tracker dans l'essai clinique de thérapie de parkinson

Après la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente, affectant 0,3% de la population générale dans les pays occidentaux, avec 100 000 personnes en France et 8 000 nouveaux diagnostics chaque année. Sa prévalence augmente avec l'âge, atteignant 1% chez les personnes âgées de plus de 60 ans et jusqu'à 4% dans les années 80.

Une annonce faite par EyeBrain, une entreprise qui développe des dispositifs médicaux pour le diagnostic précoce de maladies neurologiques, affirme que le dispositif EyeBrain Tracker de la société sera utilisé dans un essai clinique qui explorera la dyskinésie induite par le traitement de patients souffrant de la maladie de Parkinson idiopathique avec la lévodopa. Le critère des essais consiste à identifier les biomarqueurs pour les complications tardives d'un régime de traitement utilisant la lévodopa (BIODYS). Ce composé, naturellement transformé en dopamine dans le cerveau, est le seul médicament disponible qui peut ralentir les effets de la maladie de Parkinson, mais il induit la dyskinésie chez ces patients au fil du temps, caractérisé par des mouvements anormaux qui affectent principalement le visage (langue, Les lèvres, la mâchoire) et s'étend jusqu'aux bras et les jambes.

Les chercheurs impliquent un total de 30 personnes dans le procès, dont la moitié seront les malades de la maladie de Parkinson qui recevront un traitement par la lévodopa et qui auront développé une dyskinésie, tandis que l'autre moitié sera le groupe témoin constitué de sujets sains.

Le procès, mis en place par le professeur Jean-François Tison, neurologiste de l'unité de syndromes parkinsoniens du CNRS à l'Université de Bordeaux Deux (l'Institut des maladies neurodégénératives, CNRS UMR 5293E, Bezard) est financé et financé par l'hôpital universitaire de Bordeaux, Tandis que le dispositif EyeBrain Tracker est financé dans le cadre du plan régional Région-Région 2007-2013 (Aquitaine Regional Council et FEDER).

Le professeur Tison a expliqué:

"Les patients souffrant de la maladie de Parkinson idiopathique subiront un test aigu dans le cadre d'une évaluation pré-opérationnelle pour stimuler les recoins profonds du cerveau".

The EyeBrain Tracker évaluera et mesurera les effets de motricité des patients grâce à la vitesse des mouvements des yeux.

Tison a déclaré:

"Nous verrons si la levodopa modifie les paramètres de clignotement d'une manière qui est corrélée avec l'amélioration de la motricité. L'utilisation de EyeBrain Tracker nous permet de mesurer l'effet de motricité par les mouvements des yeux, car les paramètres clignotants sont également liés à la motricité générale du patient. La réponse du patient à ce procès est également un prédicteur de leur réaction à la neurochirurgie qui suivra. "

Le EyeBrain Tracker a déjà été utilisé pour le diagnostic précoce des syndromes parkinsoniens, tels que la paralysie supra-nucléaire progressive (PSP), la dégénérescence cortico-basale (CBD) et l'atrophie des systèmes multiples (MSA). Avec le nouvel essai, le dispositif élargit son champ d'application comme une aide précieuse dans le diagnostic précoce et le suivi de ces maladies, et joue maintenant un rôle important dans la recherche clinique sur d'autres maladies neurologiques, comme la sclérose en plaques.

Le président de EyeBrain, Serge Kinkingnéhun, déclare:

"Nous sommes ravis de savoir que EyeBrain Tracker joue un rôle dans un essai clinique visant la maladie de Parkinson idiopathique. Cela fait partie de notre objectif de rendre les bénéfices de la motricité des yeux accessibles à un plus grand nombre de personnes souffrant de pathologies neurologiques".

À propos de EyeBrain Tracker

EyeBrain Tracker permet aux cliniciens pour la première fois de dépendre d'un ensemble simple de paramètres de mouvement des yeux pour différencier des syndromes très similaires, tels que la paralysie supra-nucléaire progressive (PSP) et la dégénérescence cortico-basale (CBD). Les tests sont faciles à réaliser, non invasifs et peu coûteux, les résultats étant disponibles en moins de 20 minutes.

Le Mobile EyeBrain Tracker (EBT) est une unité complète, y compris un casque, un ordinateur avec deux moniteurs et des logiciels pour la stimulation et l'analyse et est déjà utilisé dans les hôpitaux pour aider à la caractérisation précoce des syndromes parkinsoniens, avec des études également en cours de diagnostic De la sclérose en plaques (MS).

Le Mobile EBT est un dispositif mondialement novateur qui a obtenu le marquage CE en plus de la certification ISO-9001 et ISO-13485 de la société.

EyeBrain est basé dans la banlieue parisienne d'Ivry-sur-Seine

France 3 - Kéruvé dans les EHPAD-un dispositif de géolocalisation pour les malades d'Alzheimer (Médical Et Professionnel Video 2024).

Section Des Questions Sur La Médecine: Maladie