Le traitement au bisphosphonate peut augmenter les ruptures d'os de cuisse


Le traitement au bisphosphonate peut augmenter les ruptures d'os de cuisse

Dans les recherches curieuses, on constate que les femmes qui utilisent des inhibiteurs de la perte de masse osseuse ou des bisphosphonates ont une incidence plus élevée de rupture de leurs os de la cuisse ou de l'arbre fémorale que les femmes qui utilisent moins ce médicament défensif.

Dans l'analyse principale, les chercheurs ont constaté que l'utilisation de bisphosphonates pendant cinq ans ou plus était associée à une probabilité d'hospitalisation de 2,7 fois plus élevée pour une fracture d'arbre subtrochanterique ou fémoral par rapport à l'utilisation transitoire (moins de 100 jours au total) des bisphosphonates.

Les bisphosphonates sont une famille de médicaments utilisés pour prévenir et traiter l'ostéoporose. Les bisphosphonates se lient aux surfaces des os et ralentissent l'action de résorption osseuse des ostéoclastes (cellules érosives osseuses). Cela permet aux ostéoblastes (cellules de construction osseuse) de travailler plus efficacement.

Les bisphosphonates approuvés par le gouvernement augmentent la densité osseuse et empêchent les fractures de la colonne vertébrale (fractures vertébrales). L'alendronate, le risédronate et l'acide zolendrique ont également été démontrés pour prévenir les fractures de la hanche.

Fosamax, par exemple, est utilisé chez les hommes et les femmes pour traiter ou prévenir l'ostéoporose causée par la ménopause ou par la prise de stéroïdes. Fosamax est également utilisé pour augmenter la masse osseuse chez les hommes atteints d'ostéoporose et pour traiter la maladie de Paget chez les hommes et les femmes.

Jusqu'à l'âge de 30 ans, le corps dépense plus de calcium dans vos os qu'il n'en faut. L'œstrogène aide également à maintenir le calcium dans vos os tout au long de la vie reproductive. Mais lorsque l'oestrogène diminue au cours des premières années après la ménopause, les os peuvent affaiblir et subir une perte rapide de calcium.

Conçu pour diminuer l'activité des cellules qui provoquent une perte osseuse après la ménopause, avec seulement une tablette par mois, un médicament approuvé appelé Boniva aide à ralentir ou à arrêter les processus naturels qui dissolvent le tissu osseux; Il se lie et reste dans les os tout au long du mois. Boniva est cliniquement prouvé non seulement pour maintenir la densité osseuse, mais fonctionne réellement avec le corps pour aider à inverser la perte osseuse. Pour aider à inverser la perte osseuse.

Une analyse plus approfondie suggère que plus de la moitié des fractures subtrochanteriques ou fémorales chez les femmes qui ont pris des bisphosphonates pendant plus de cinq ans sont attribuables à l'utilisation prolongée de bisphosphonates; Et qu'environ 10% des cas de fractures du puits subtrochanterique ou fémorale dans la population pourraient être évités si aucun patient n'a reçu plus de 5 ans d'exposition. Parmi les 52 595 femmes ayant au moins cinq ans de thérapie par bisphosphonate, une fracture d'arbre subtrochanterique ou fémorale s'est produite en 71 au cours de l'année suivante et 117 en 2 ans.

Les femmes âgées qui utilisaient des bisphosphonates (médicaments qui empêchent la perte de masse osseuse) pendant cinq ans ou plus étaient plus susceptibles de subir des fractures "atypiques" impliquant l'arbre fémoral (os dans la jambe qui s'étend de la hanche au genou) ou subtrochanterique (fractures Dans l'os juste en dessous de l'articulation de la hanche), par rapport aux femmes ayant moins d'usage. Cependant, le risque absolu de ces fractures «atypiques» était faible et l'utilisation de bisphosphonates était associée à un risque réduit de fractures ostéoporotiques typiques.

L'article ajoute:

«Environ 50% des femmes de plus de 50 ans subissent une fracture liée à l'ostéoporose au cours de leur vie et 1 des 5 patients atteints d'une fracture liée à l'ostéoporose mourra dans les 12 mois. Bien que les essais randomisés aient montré que le traitement par bisphosphonates réduit le risque Des fractures ostéoporotiques, des préoccupations ont récemment émergé que la suppression du remodelage osseux liée au bisphosphonate pourrait avoir une influence négative sur la résistance des os.

Un nombre croissant de rapports de cas décrivent les femmes ayant un traitement bisphosphonate à long terme qui développent des fractures impliquant la région subtrochanterique ou arbre du fémur, considérées comme atypiques en raison de leur emplacement et de leur apparence caractéristique sur les rayons X. La Food and Drug Administration des États-Unis a récemment annoncé son intention de surveiller activement les cas de fractures atypiques induites par les bisphosphonates.

Laura Y. Park-Wyllie, Pharm.D., M.Sc., de l'Institut Li Ka Shing Knowledge de l'Hôpital Saint-Michel, Toronto, Canada, ajoutent de leur recherche connexe:

"En résumé, nos résultats fournissent de fortes preuves que la thérapie prolongée en bisphosphonate est associée à un risque accru de fracture d'arbre subtrochanterique ou fémorale, bien que le risque absolu de ces fractures soit faible. Ces résultats soulignent également la nécessité d'une évaluation réfléchie du risque individuel de Une fracture lorsqu'on envisage une thérapie prolongée en bisphosphonate et que l'utilisation à long terme de ces médicaments peut justifier un réexamen, en particulier chez les patients présentant un risque de fracture relativement faible. Il peut être approprié de considérer un congé médicamenteux pour certains patients, en particulier comme durée cumulée du traitement par bisphosphonate Dépasse cinq ans. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre le pronostic des fractures du puits subtrochanterique ou fémoral chez les personnes âgées fragiles, identifier les sous-groupes spécifiques des utilisateurs à long terme au risque le plus élevé pour ces effets indésirables et explorer si les interruptions de traitement réduisent Risque de fracture subtrochanterique ou fémorale à long terme."

Source: Journal of the American Medical Association

Bisphosphonates and Cancer (Médical Et Professionnel Video 2019).

Section Des Questions Sur La Médecine: Pratique médicale