Nouvelles thérapies et médicaments pour la maladie de crohn


Nouvelles thérapies et médicaments pour la maladie de crohn

Un article de New Drug Class publié le 4 juillet 2008 dans The Lancet vise à mettre en évidence un nouveau groupe de médicaments destinés à traiter la maladie de Crohn. Les médicaments les plus actuels cherchent à contrôler la réponse auto-immune via le facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-alpha), mais de nombreuses nouvelles classes tentent de contrôler d'autres aspects de la réponse immunitaire ou même de renforcer la barrière intestinale elle-même.

La maladie de Crohn (CD) est un trouble gastro-intestinal qui est indiqué par une inflammation chronique de la paroi du tube digestif. Habituellement, les régions d'inflammation sont séparées par des régions de doublure normale, appelées lésions parasites. La maladie implique des cycles constants de poussées et de rémission tout au long de la vie du patient, et est une maladie inflammatoire de l'intestin (MII), semblable à la colite ulcéreuse. Les principaux symptômes gastro-intestinaux sont les douleurs abdominales, le sang dans les selles, la diarrhée, la constipation, les vomissements, la perte de poids ou le gain de poids.

À l'heure actuelle, le traitement médicamenteux standard de la maladie de Crohn tente d'inhiber le facteur de nécrose tumorale alpha, qui amplifierait normalement la réponse immunitaire. Cependant, certaines thérapies nouvelles visent plutôt d'autres facteurs biochimiques qui initient ou participent à la réponse immunitaire, souvent en contrôlant les lymphocytes T, une partie instrumentale de la réponse immunitaire. Les médicaments tels que les cellules T spécifiques du blocage du visilizumab, du daclizumab et du basiliximab répondent, et le tocilizumab et le fontolizumab empêchent réellement la formation ou l'activation des lymphocytes T. Dans une autre technique thérapeutique expérimentale, les lymphocytes T sont "réinitialisés" par des transplantations de moelle osseuse, ce qui peut entraîner une rémission prolongée.

En plus de la modulation de la réponse des cellules T, d'autres approches sont explorées. Une nouvelle classe de médicaments espère moduler la réponse des cellules T tout en essayant de renforcer la barrière intestinale en encourageant les processus de réparation dans la doublure intestinale. En outre, une tolérance contre les instigateurs de la réponse immunitaire peut être construite par voie orale en ingérant des extraits de protéines, réduisant ainsi la réponse immunitaire globale dans les maladies inflammatoires de l'intestin.

Les auteurs, y compris le professeur Jean-Frederic Colombel, l'Hôpital Claude Huriez, le Centre Hospitalier Universitaire de Lille, en France, et ses collègues, discutent des mécanismes et des mérites de toutes ces stratégies. Ils concluent avec une déclaration d'espoir pour les thérapies futures pour cette maladie: "À la suite de décennies de recherche intensive, le traitement de la maladie inflammatoire de l'intestin subit une transition de l'ère des antagonistes du TNF à une ère de nouveaux agents biologiques, y compris ceux qui Sont en mesure de stimuler le système immunitaire inné. Parallèlement, les cliniciens travaillent sur de nouvelles stratégies visant à modifier l'histoire naturelle de la maladie de Crohn, y compris une approche thérapeutique agressive précoce.

Maladie de Crohn: au-delà des antagonistes du facteur de nécrose tumorale

Laurent Peyrin-Biroulet, Pierre Desreumaux, William J Sandborn, Jean-Frédéric Colombel

Lancet 2008; 372: 67-81

Cliquez ici pour le journal

Médicaments pour prendre en charge les symptômes de la maladie de Crohn (Médical Et Professionnel Video 2020).

Section Des Questions Sur La Médecine: Autre