Le système français de soins de santé


Le système français de soins de santé

le Programme d'assurance santé publique en France A été créé en 1945 et sa couverture pour ses affiliés a subi de nombreux changements depuis lors. L'un des principaux changements a entraîné l'expansion de tous les résidents légaux, en vertu de la loi de couverture universelle appelée la Couverture maladie universelle (Couverture de santé universelle). Il est fondé sur le principe de la solidarité, garantissant une protection financière contre les éventualités de la vie pour tous.

À l'origine, l'activité professionnelle (en emploi) était à la base du financement et des avantages du système français d'assurance maladie publique connu sous le nom de Sécurité Sociale (sécurité sociale). Le fonds principal couvre quatre-vingt pour cent de la population. Il existe deux fonds supplémentaires pour les travailleurs indépendants et les travailleurs agricoles.

Le remboursement est réglementé par des taux uniformes. Le financement est soutenu par les employeurs, les cotisations des employés et les impôts sur le revenu des particuliers. La population active compte vingt pour cent de son salaire brut déduit à la source pour financer le système de sécurité sociale.

La contribution du financement par le biais des impôts sur le revenu des particuliers a progressivement augmenté et son but est de compenser la chute de la rémunération, de réduire les variations de prix sur le marché du travail et d'affecter équitablement le financement du système aux citoyens.

Les fédérations patronales et syndicales contrôlent conjointement les fonds sous la supervision de l'État. Cela implique une collaboration complexe entre les différentes entités du système.

Environ soixante quinze pour cent des dépenses totales de santé sont couvertes par le système public d'assurance-maladie. Une partie du solde est payée directement par les patients et l'autre part par des compagnies d'assurance maladie privées qui sont embauchées individuellement ou en groupe ( Assurance complémentaire ou mutuelle , Une assurance complémentaire ou un fonds commun de placement).

L'état

L'Etat voit que toute la population a accès aux soins; Il dicte les types de soins qui sont remboursés et dans quelle mesure, et quel est le rôle des différentes entités participantes.

L'Etat est chargé de protéger les droits des patients, d'élaborer des politiques et de les appliquer. Il est responsable de la sécurité publique.

Les autorités sanitaires planifient la taille et le nombre des hôpitaux. Ils décident du montant et de l'allocation des équipements techniques (tels que l'IRM, les tomodensitogrammes...). Par l'intermédiaire de ses agences, l'État organise la fourniture de quartiers spécialisés et assure la prestation de soins en tout temps.

Ces dernières années, les autorités régionales ont pris un rôle croissant dans l'élaboration des politiques et la négociation.

Hôpitaux

Il existe deux catégories générales:
  • Le secteur public , Qui représente 65% des lits d'hôpitaux. Les hôpitaux publics sont chargés de fournir des soins continus, de l'enseignement et de la formation.
  • Hôpitaux privés Sont axés sur les bénéfices. Ils se concentrent sur les procédures chirurgicales et dépendent de leurs frais de service pour le financement.
Il n'y a pas de différence significative dans la qualité des soins entre les hôpitaux publics et privés.

En France, il y a 8,4 lits d'hôpitaux pour 1 000 personnes.

Professionnels de la santé

Les professionnels de la santé et les médecins travaillent généralement dans les hôpitaux publics et les cabinets privés. Environ 36 pour cent des médecins travaillent dans des hôpitaux publics ou des établissements. Ils sont essentiellement des fonctionnaires, et le montant qu'ils reçoivent est déterminé par le gouvernement. Cependant, 56 pour cent des médecins travaillent dans des cabinets privés en raison des conditions de travail difficiles dans les hôpitaux.

Les experts fixent le prix relatif des procédures qui sont ensuite négociées par les syndicats de médecins et les fonds d'assurance maladie publique. Environ 90% des praticiens se conforment à Tarif de convention (Références tarifaires) qui fixe les prix. Les références tarifaires sont les taux fixes à utiliser par les médecins établis par la convention nationale pour tous les services de santé. Médecins et cliniques / hôpitaux qui ne sont pas conventions (Conformes aux références tarifaires) doit afficher leurs prix.

Dans certaines situations, certains praticiens médicaux (comme les chirurgiens ayant des qualifications supplémentaires ou une expérience) peuvent facturer plus que le Tarif de convention . Le tarif supplémentaire est appelé un Dépassement .

Il y a 3,37 médecins pour 1 000 personnes.

Il y a eu une réforme en juillet 2005 qui a mis en place un processus de soins coordonnés. Le patient en visite le premier Médecin traitant (médecin généraliste). Ce médecin a déjà été enregistré au Caisse d'assurance sociale En tant que responsable de la coordination des soins pour le patient. Si le médecin ou son remplaçant n'est pas disponible, le patient peut consulter un autre médecin et l'informer. Caisse d'assurance - cela n'affecte pas le remboursement de son droit. Le patient est libre de passer à un autre médecin généraliste mais doit signaler le changement.

le Correspondant du sujet (Médecin correspondant) est le médecin à qui le patient a été référé et est généralement un spécialiste. Avec l'autorisation du patient, ce médecin envoie les informations pertinentes à la Médecin traitant Afin de suivre et coordonner les soins.

Plusieurs spécialistes ont l'autorisation directe de transmettre des informations pertinentes aux soins, comme les gynécologues, les ophtalmologistes et les psychiatres.

Le service des gynécologues, des ophtalmologistes et des dentistes est couvert par l'État sans un renvoi par un Médecin traitant (Le patient ne doit d'abord pas suivre son médecin généraliste).

Le patient doit présenter sa carte appelée "Carte Vitale" Qui transmet toutes les transactions au Caisse d 'assurance Où il / elle est inscrit. Toutes les procédures médicales (hospitalisation, tests de laboratoire, radiographies...) doivent avoir lieu dans la localité de son / elle Caisse d'assurance . Cependant, le patient peut acheter des médicaments partout en France et avoir le remboursement ultérieurement déposé sur son compte bancaire, généralement dans un délai de dix jours.

En moyenne, 70 pour cent du coût d'une visite chez un médecin de famille ou un spécialiste est remboursé. Les remboursements sont en moyenne de: 95 pour cent pour une chirurgie majeure, 80 pour cent pour une chirurgie mineure, 95 à 100 pour cent pour la grossesse et l'accouchement, 70 pour cent pour les radiographies, les soins dentaires de routine et les soins infirmiers à la maison. Les remboursements pour les médicaments prescrits dépendent du type de médicament et varient de 15% à 65%.

Le pourcentage qui doit être payé par le patient et non remboursé par le Sécurité sociale est appelé Modérateur de tickets . Cette fraction varie selon le régime obligatoire de chaque personne, établi par les références tarifaires attribuées aux divers traitements médicaux et aux frais associés rencontrés.

Un patient peut recevoir une couverture à 100 pour cent sous certaines conditions, comme un état de santé chronique ou aiguë(y compris le cancer, le diabète insulino-dépendant, les maladies cardiaques...), nécessitant des soins de longue durée, ayant un état de longue durée, nécessitant un hôpital Séjour de plus de 30 jours.

Bénéficiaires du RMI ( Revenu minimum d'insertion , Revenu minimum d'introduction) sont automatiquement affiliés au système de sécurité sociale. Ils sont plusieurs exigences pour se qualifier, mais essentiellement tous les résidents légaux en France qui gagnent moins d'un certain montant ont droit à cette aide financière. Dès qu'ils sont affiliés, ils ont également droit à la couverture médicale. Ces personnes ont droit à un remboursement à 100 pour cent des frais médicaux et hospitaliers.

Assurance complémentaire

Étant donné que les dépenses de santé augmentent en France, les déficits du Sécurité Sociale Et les gouvernements ont tendance à réduire le degré de remboursement. En conséquence, plus de personnes se tournent vers L'assurance complémentaire (Assurance complémentaire). Cette assurance maladie couvre tout ou partie des coûts non remboursés par le système de santé.

L'assurance complémentaire offre une vaste gamme de plans. Le patient doit choisir celui qui convient le mieux à sa situation et doit prendre en considération son état de santé, sa consommation médicale, sa famille, son revenu et son lieu de résidence.

Expatriés en France

Depuis 2007, il y a eu des changements pour les citoyens de l'UE résidant en France, en introduisant des restrictions dans leur accès au système de soins de santé. Cela affecte les personnes inactives (non en emploi) qui n'ont pas d'activité professionnelle (ne fonctionnent pas) ou qui cherchent du travail ou des étudiants. La raison de ces limites est que la France doit se conformer aux règles de la communauté européenne, comme les autres pays de la communauté. Les nouvelles conditions du droit de séjour ont des répercussions directes sur les prestations sociales en France.

Le droit de séjour pour résidence inactif (ne fonctionne pas) dépend de deux conditions:

  • Ils doivent avoir un niveau de revenu raisonnable pour ne pas devenir un fardeau pour l'État.
  • Ils doivent avoir une couverture médicale.
Les conditions pour les résidents inactifs de l'UE qui vivent déjà en France avant novembre 2007 restent les mêmes.

Les étudiants et les retraités doivent avoir une couverture médicale. Les étudiants ont généralement une couverture médicale de leur pays d'origine ou de la Sécurité sociale française pour les étudiants; Cela s'applique aux étudiants de moins de 28 ans. Les personnes retraitées, dans la plupart des cas, ont une assurance maladie du pays où elles ont travaillé.

Si un résident de l'UE est malade et ne remplit pas ces deux conditions et réside en France pendant moins de trois mois, cette personne a le droit de Dispositif soins urgent (Dispositif de soins d'urgence). Si la personne a résidé depuis plus de trois mois, il a le droit de L'Aide Médicale d'Etat (Aide médicale de l'État).

Les résidents inactifs de l'UE peuvent recevoir le Couverture maladie universelle (Couverture de santé universelle) connue sous le nom de CMU s'ils sont des résidents légaux (stables et ininterrompus).

CMU de base (CMU de base)

Le CMU de base aide quiconque vit en France qui n'est pas couvert par un autre type d'assurance à avoir accès aux soins médicaux et au remboursement des services et des médicaments. Les personnes de tous les niveaux de revenu en ont droit. L'affiliation n'est pas automatique et la personne doit faire une demande pour elle. Il couvre une partie des services médicaux pour le résident légal et les personnes dans son ménage. Il couvre généralement soixante dix pour cent de la visite d'un médecin.

CMU complémentaire (CMU complémentaire)

Le CMU complémentaire facilite l'accès aux soins de santé pour les personnes à faible revenu résidant en France pendant plus de trois mois, d'une manière stable et ininterrompue. Ces personnes ont une couverture de cent pour cent sans paiement anticipé pour les services de santé ou les médicaments (ils sont entièrement couverts, pas d'argent nécessaire). Le revenu du ménage de l'individu ne doit pas dépasser un montant maximum. Le conjoint ou le partenaire de l'individu, ainsi que les personnes à charge de moins de 25 ans, sont également inclus dans cette couverture. Il est renouvelable sur une base annuelle.

Si une personne est ressortissante étrangère, en dehors des États membres de l'UE ou en Suisse, il doit justifier son droit de séjour en France afin d'avoir droit aux soins de santé de l'État.

Après cinq ans de résidence légale, tous les ressortissants de l'UE obtiennent un droit de séjour permanent et ont donc pleinement droit à la CMU.

Tout expatrié de l'UE qui ne s'est pas retiré officiellement (sous l'âge de la retraite), ne travaille pas et ne vit pas en France pendant plus de cinq ans perdront son droit à la santé publique en France, sauf pour ceux qui vivent en France avant novembre 2007.

L'espérance de vie en France a atteint 80 ans en 2004. Le service de santé français est certainement coûteux à maintenir, mais il reste l'un des meilleurs au monde, offrant un large choix de médecins généralistes et de spécialistes de la santé.

Date de l'article original: 27 juin 2004

Article mis à jour: 8 juin 2009

Comment fonctionne notre système de santé? (Médical Et Professionnel Video 2019).

Section Des Questions Sur La Médecine: Cardiologie