La chimiothérapie et la radiothérapie devraient être un traitement standard pour le lymphome localisé de hodgkin


La chimiothérapie et la radiothérapie devraient être un traitement standard pour le lymphome localisé de hodgkin

Une combinaison de chimiothérapie et de radiothérapie, plutôt que de la radiothérapie seule, devrait maintenant être considérée comme un traitement standard pour tous les patients atteints de lymphome hodgkinien localisé où la tumeur est située au-dessus du diaphragme, selon les résultats d'un essai contrôlé randomisé. En outre, les résultats de l'essai suggèrent que la radiothérapie ne nécessite que des zones cibles directement impliquées dans le cancer, épargnant un traitement plus étendu des tissus environnants.

Cette constatation ajoute une clarté à la spéculation sur le traitement approprié de ce cancer, après que les résultats antérieurs des essais réalisés à la fin des années 1980 et au début des années 1990 a montré que la mise en scène clinique est suffisante pour stratifier les premiers stades de la maladie; Que la chimiothérapie suivie d'une radiothérapie en champ impliqué (limitée aux zones cancéreuses plutôt que des tissus environnants étendus) devrait être le traitement standard; Et que la durée de la chimiothérapie devrait être adaptée à la gravité de la maladie.

Le Dr Christophe Fermé et ses collègues de l'Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer et le Groupe d'Études des Lymphomes de l'Adulte ont lancé le procès pour élucider davantage les options de traitement qui pourraient améliorer la survie sans événement chez les patients atteints de lymphome de Hodgkin. En utilisant un ensemble de facteurs pronostiques précédemment publiés par l'EORTC pour stratifier les patients selon la gravité de la maladie, les chercheurs ont comparé la radiothérapie nodale subtotale seule avec une combinaison de chimiothérapie et de radiothérapie chez les patients pré-classés comme ayant un bon ou un mauvais pronostic.

Au total, 1538 patients âgés de 15 à 70 ans ont été inscrits au procès. Tous avaient une maladie de Hodgkin supradiaphragmatique clinique I ou II non traitée et étaient traités dans l'un des 91 centres en Belgique, en France, en Italie, aux Pays-Bas, en Pologne, au Portugal, en Slovénie et en Espagne. De la population totale de patients, 542 (35%) ont été classés comme ayant des facteurs pronostiques favorables et 996 (65%) ont été classés comme ayant des facteurs pronostiques défavorables.

Les patients du groupe du facteur de pronostic favorable ont été répartis au hasard pour recevoir une radiothérapie nodale sous-totale ou une thérapie combinée consistant en trois cycles de chimiothérapie plus de radiothérapie en champ impliqué. Les patients du groupe du facteur de pronostic défavorable ont été répartis au hasard dans l'un des trois schémas: six ou quatre cycles de chimiothérapie plus la radiothérapie en champ impliqué ou quatre cycles de médicaments plus la radiothérapie nodale sous-totale. Le schéma de chimiothérapie utilisé pour tous les groupes était la mechlorethamine, la vincristine, la procarbazine et la prednisone en association avec la doxorubicine, la bléomycine et la vinblastine.

En prenant la survie sans événement comme critère d'évaluation primaire, les chercheurs ont constaté que, dans le groupe présentant des caractéristiques pronostiques favorables, les taux de réponse aux deux schémas de traitement étaient similaires. Cependant, parmi les 446 patients des deux groupes qui avaient une rémission complète, il y avait une différence significative entre le groupe combiné et le groupe de radiothérapie seul: cinq avaient une rechute après un traitement combiné et 61 après une radiothérapie nodale subtotale. Cela équivaut à une différence dans le taux estimé de survie sans événement de 5 ans de 24%, favorisant le groupe combiné-thérapeutique.

Pour les patients présentant des facteurs pronostiques défavorables, les taux de rémission complète ont été de 83% dans le groupe recevant six cycles de chimiothérapie plus la radiothérapie en champ impliqué, 85% dans le groupe recevant quatre cycles plus la radiothérapie en champ impliqué et 86% dans le groupe recevant quatre Cycles plus la radiothérapie nodale subtotale. Cependant, il n'y avait pas de différences significatives dans les estimations de survie sans événement de 5 ans ou dans la survie globale estimée.

Les chercheurs ont conclu à partir de leurs résultats que quatre cours d'un régime contenant de la doxorubicine et une radiothérapie en champ impliqué devraient être le traitement standard pour ce type de tumeur. En outre, ils notent que, chez les patients présentant des facteurs de risque, quatre cycles d'un régime contenant de la doxorubicine sont aussi efficaces que six cycles et la radiothérapie impliquée donne un taux de contrôle de la maladie similaire à celui de la radiothérapie sous-totale nodale.

"Notre étude a montré qu'une combinaison de chimiothérapie et de radiothérapie devrait maintenant être considérée comme le traitement standard pour tous les patients atteints d'une maladie de Hodgkin dépourvue de placephragme localisée et que la radiothérapie nodale sous-totale seule ne peut plus être recommandée", résume les auteurs.

"Les résultats de notre essai montrent qu'il est possible d'adapter la durée de la chimiothérapie selon les facteurs de risque. En outre, nos résultats indiquent un nouveau rôle pour la radiothérapie adjuvante avec des champs de rayonnement plus petits, permettant la réduction des effets toxiques associés aux grands champs. Une question restante maintenant à l'étude est de savoir si les patients atteints d'une maladie de Hodgkin au stade précoce peuvent être guéris avec une chimiothérapie seule », concluent-ils.

La chimiothérapie plus le rayonnement sur le terrain impliqué dans la maladie de Hodgkin à un stade précoce

Fermé C, Eghbali H, Meerwaldt JH, Rieux C, Bosq J, Berger F, Girinsky T, Brice P, Van't Veer MB, Walewski JA, Lederlin P, Tirelli U, Carde P, Van Den Neste E, Gyan E, Monconduit M, Diviné M, Raemaekers JMM, Salles G, Noordijk EM, Creemers GJ, Gabarre J, Hagenbeek A, Reman O, Blanc M, Thomas J, Vié B, Kluin-Nelemans JC, Viseu F, Baars JW, Poortmans P, Lugtenburg PJ, Carrie C, Jaubert J, Henry-Amar M, pour l'essai EORTC-GELA H8. N Engl J Med 2007; 357: 1916-27.

Ce résumé est fourni par le Cancer Media Service qui est exploité par The European School of Oncology.

//www.cancerworld.org/mediaservice

Cannabis et guérison d'une tumeur inopérable du cerveau chez un enfant - DR William Courtney (Médical Et Professionnel Video 2024).

Section Des Questions Sur La Médecine: Maladie