L'avortement n'augmente pas le risque de cancer du sein, selon une nouvelle étude


L'avortement n'augmente pas le risque de cancer du sein, selon une nouvelle étude

Une nouvelle étude américaine suggère que le risque de cancer du sein n'est pas augmenté par un avortement provoqué ou une fausse couche, contrairement aux conclusions de certaines autres études et des revendications faites par certains groupes.

L'étude est publiée dans le Archives de médecine interne .

Les chercheurs de l'Hôpital Brigham et de la Femme, de la Faculté de médecine de Harvard et de l'École de santé publique de Harvard, dans le Massachusetts, ont utilisé les données de l'Étude sur la santé des infirmières et infirmiers II (NHS II) sur 105 716 femmes âgées de 29 à 46 ans et sans cancer Au début du suivi de dix ans qui a débuté en 1993.

La cohorte est décrite par les chercheurs comme "prédominantement préménopausée", puisque la plupart des femmes n'avaient pas commencé la ménopause pendant le suivi.

Les enregistrements pour l'étude prospective à grande échelle ont été mis à jour par questionnaire chaque deux ans et contiennent des informations sur les avortements spontanés (fausses couches) et les avortements induits, y compris ceux qui se sont produits avant la période d'étude.

Une étude prospective à grande échelle est considérée comme une norme élevée pour ce type de recherche parce que vous commencez par un grand groupe de participants sains et que vous les surveillez pendant une bonne partie de leur vie afin de voir qui développe les symptômes sous enquête.

Cette étude couvrait 973 437 années-personnes de suivi entre 1993 et ​​2003.

(Le nombre d'années-personnes d'une étude est une indication de sa taille et il n'est pas inhabituel pour les chercheurs de parler d'événements par personne année, soit le nombre total d'événements comptés divisé par le nombre total d'années de données de chaque participant.)

Les résultats ont montré que:

- 1 458 nouveaux cas de cancer du sein invasif ont eu lieu pendant le suivi.

- 16 118 participants (15%) ont signalé des antécédents d'avortement induit.

- 21 753 (21%) ont signalé une histoire d'avortement spontané (fausse couche).

- Ni l'avortement ni la fausse couche ne sont liés de manière significative au cancer du sein.

- Les résultats n'ont pas été affectés par le nombre d'avortements ou de fausses couches, l'âge de la femme lors de l'événement et d'autres facteurs.

En résumé, les chercheurs n'ont trouvé aucun lien significatif entre l'avortement, les fausses couches et le cancer du sein dans l'ensemble du groupe. Cependant, ils ont signalé deux effets de sous-groupe.

Un sous-groupe a montré un lien entre l'avortement provoqué et le cancer du sein négatif au récepteur de progestérone, le type de cancer qui ne répond pas à l'hormone progestérone.

L'autre sous-groupe a montré un lien entre la fausse couche avant l'âge de 20 ans et le risque de cancer du sein.

Mais dans les deux cas, les chercheurs soupçonnent que les résultats sont fausses, en raison du hasard, car les nombres dans les deux groupes sont trop bas pour donner une constatation statistique confiante.

Leur conclusion générale était donc la suivante:

"Parmi cette population prédominante préménopausique, aucun avortement induit ni spontané n'était associé à l'incidence du cancer du sein".

À propos de l'étude sur la santé des infirmières et infirmiers II (NHS II)

Le NHS II est une cohorte prospective d'étude de plus de 116 000 femmes inscrites en 1989.

Le but de l'étude du NHS II est d'examiner le lien entre les facteurs de risque potentiellement modifiables et les problèmes de santé majeurs qui surviennent chez les femmes dans la vie adulte précoce. Le cancer du sein et le mélanome sont deux domaines particuliers pour les chercheurs.

Les participants remplissent tous les deux ans des questionnaires sur leur mode de vie, leurs habitudes alimentaires, leurs événements de vie, leur exercice, leur utilisation et leurs problèmes de santé.

Les événements indésirables liés à la santé tels que le diagnostic du cancer sont suivis d'une enquête plus détaillée sur les dossiers médicaux et les échantillons de sang sont analysés à partir d'environ 30 000 de la cohorte.

Le taux de réponse de 90 p. 100 a été maintenu pour le suivi du questionnaire.

«L'avortement induit et spontané et l'incidence du cancer du sein chez les jeunes femmes: une étude prospective sur la cohorte».

Karin B. Michels, Fei Xue, Graham A. Colditz et Walter C. Willett.

Arch Intern Med. 2007; 167: 814-820.

Vol. 167 N ° 8, 23 avril 2007

Cliquez ici pour Résumé.

Cliquez ici pour plus d'informations sur la santé des infirmières Étude II: Facteurs de risque pour le cancer du sein parmi les jeunes infirmières (National Cancer Institute, US).

Écrivain: Medical-Diag.com

LE CHOLESTEROL : BON OU MAUVAIS? (Médical Et Professionnel Video 2022).

Section Des Questions Sur La Médecine: La santé des femmes