Technologie mobile: une bénédiction ou une malédiction pour les médecins?


Technologie mobile: une bénédiction ou une malédiction pour les médecins?

La technologie mobile devient de plus en plus enracinée dans la médecine moderne.

C'est l'épée à double tranchant de l'ère moderne: la technologie mobile disponible pour les fournisseurs de soins de santé aujourd'hui peut les aider à réduire rapidement leurs tâches quotidiennes, de la documentation aux soins directs des patients. Pour cette raison, les smartphones vont de pair avec les stéthoscopes.

Mais ces mêmes dispositifs peuvent également être une source de demandes incessantes, bip et bourdonnement avec chaque mise à jour.

Cependant, Bryan Vartabedian, M.D., exerce cette épée à double tranchant comme un swashbuckler médical. En tant que directeur de la médecine communautaire pour la Division de gastroentérologie, hépatologie et nutrition pour Texas Children's Hospital à Houston, le plus grand hôpital pour enfants d'Amérique, le Dr Vartabedian trouve une technologie si critique pour la médecine réussie qu'il écrit un blog sur la santé et la culture numérique.

Où le Dr Vartabedian voit-il des tendances technologiques de pointe dans sa pratique? La technologie at-elle vraiment rendu ses patients plus intelligents? Et comment gère-t-il l'attente de ses patients d'être disponible 24 heures par jour, 7 jours par semaine?

Medical-Diag.com A parlé au docteur Vartabedian pour le découvrir.

Technologie mobile

La plupart des médecins utilisent au moins une certaine forme de technologie - bien que parfois à contre-coeur. Malgré leur introduction obligatoire aux États-Unis en 2014, un Pratique des médecins L'enquête sur la technologie a révélé que seulement 59 pour cent des médecins disent que les dossiers médicaux électroniques (EMR) ont été entièrement déployés dans leurs bureaux et 20 pour cent ont cité le DME comme leur plus grand défi technologique.

Le Dr Vartabedian a déclaré que l'EMR que son hôpital utilise, appelé Epic, a été transformationnel.

Associé à une autre application de téléphone intelligent, appelée Canto, le Dr Vartabedian a un accès presque total à tous ses dossiers de patients, à son calendrier et à d'autres. Il peut même prendre une photo d'une éruption cutanée ou d'une autre condition clinique avec son smartphone, "et il va directement dans le DME", a-t-il déclaré.

"Pour des choses simples, comme la signature sur les dossiers des patients, je peux le faire avec un appareil à ma droite. Je peux voir une commande envoyée par mon infirmière et la signer".

"La capacité de se connecter indépendamment de mon espace clinique est révolutionnaire", a-t-il ajouté, notant que ces commodités n'existaient pas il y a 3 ou 4 ans.

C'est peut-être la raison pour laquelle seulement environ 45 pour cent des médecins de l'enquête ont déclaré qu'ils utilisaient leurs smartphones dans l'exercice de leur travail. La technologie ne les a pas encore atteint.

En fait, le docteur Vartabedian a déclaré qu'il avait seulement tourné son téléavertisseur il y a quelques mois. À sa place, il existe une application de messagerie compatible HIPAA appelée Spok.

"Un des problèmes les plus critiques dans le centre de santé autour d'une communication claire et concise", at-il expliqué. "Prenez un patient typiquement compliqué dans un centre de soins tertiaires, qui a plusieurs fournisseurs. Des communications claires et concises sur ce patient peuvent sauver des vies."

Et cette application, at-il dit, lui permet de signaler en toute sécurité d'autres fournisseurs à ce sujet. Il reconnaît que certains médecins utilisent toujours les applications de messagerie de texte natives de leurs téléphones pour communiquer.

"Mais ces messages vivent sur des serveurs qui ne sont pas protégés par la vie privée". En conséquence, il a prédit que plus d'applications de messagerie propriétaires, avec encore plus de fonctionnalités, deviendront communes parmi les fournisseurs de soins de santé.

Même si les interactions avec les patients sont très utiles, la technologie mobile peut être très utile, a déclaré le Dr Vartabedian. "Un accès immédiat à Internet dans une salle d'examen est très utile dans les circonstances où j'ai besoin d'une référence immédiate".

En fait, c'est l'une des utilisations les plus courantes de la technologie mobile, selon la Pratique des médecins Enquête: 86 pour cent des répondants ont déclaré qu'ils l'utilisaient pour rechercher des informations sur les médicaments et plus de 75 pour cent disaient qu'ils l'utilisaient pour rechercher des informations sur le diagnostic et le traitement pour des conditions spécifiques.

Mais l'utiliser avec attention est important. "L'une des grandes plaintes que nous entendons est:" Le médecin a regardé l'ordinateur tout le temps et ne m'a jamais regardé ", a expliqué le Dr Vartabedian.

Donc, il laisse ses patients savoir qu'il va interagir avec l'EMR sur l'ordinateur pendant les 10 premières minutes environ, alors qu'il récupère les données nécessaires. "Ensuite, je m'éloigne de l'ordinateur et interagit uniquement avec le patient".

Parfois, la technologie aide réellement à améliorer le rapport entre le médecin et le patient. Dr. Vartabedian a une autre application sur son téléphone, appelée Epocrates, qui aide à identifier les médicaments.

"Donc, si je demande à un patient ce qu'ils prennent et qu'ils ne savent pas, je leur montre les images [des pilules à diverses doses] et ils disent:" C'est ça ". Cela fait que le patient sent que je fais quelque chose de personnel pour eux. Cela peut être un outil puissant."

Une bénédiction et une malédiction

Même en tant que fan de la technologie mobile dans le cadre médical - Dr. Vartabedian a estimé qu'il passe 40 à 50 pour cent de sa journée en dehors des soins directs du patient en interaction avec la technologie - il a reconnu qu'il a ses inconvénients.

Par exemple, les patients ont plus de façons que jamais d'interagir avec leurs médecins.

"Cette application épique a une fonctionnalité appelée My Chart, afin que les patients puissent nous envoyer un message", at-il expliqué.

"Et en tant que gros utilisateur de Twitter, je suis de plus en plus disponible. Si vous revenez 25 ans, le seul endroit où vous pourriez avoir accès à votre médecin était dans la salle d'examen. Maintenant, nous avons tous ces médias sociaux", ce qu'il A déclaré créer une illusion d'accès immédiat à tout moment.

Cependant, il existe un nouvel ensemble d'attentes des patients, y compris des réponses immédiates.

"Si je suis [avec des patients], je ne pourrais pas recevoir de messages jusqu'à 5 heures", a déclaré M. Vartabedian. "L'accès amélioré est à la fois une bénédiction et une malédiction". Il essaie de gérer les attentes en disant aux gens que, s'ils le signalent, il les retrouvera d'ici la fin de la journée.

Il devient de plus en plus difficile de se séparer de la connexion avec le patient. [...] Vous devez être très discipliné pour décider quand vous êtes sur et quand vous partez. C'est comme un peu de temps. Je fais très attention à répartir mon temps quand je ne suis pas en appel."

Bryan Vartabedian, M.D.

Le patient habilité

Ce ne sont pas seulement les médecins qui apportent la technologie dans le cadre médical, bien sûr. Par exemple, beaucoup de gens profitent maintenant des tests portables ou même génétiques.

Des problèmes peuvent se produire, a déclaré le Dr Vartabedian, lorsque les patients apportent des données de cette technologie de consommation à un rendez-vous médical et s'attendent à une analyse et à une recommandation basées sur les données.

"La plupart des médecins ne sont pas préparés ou formés pour faire un conseil pour un dépistage génomique personnalisé", a-t-il déclaré. Même avec quelque chose d'aussi simple que les statistiques du sommeil, il a dit, l'analyse peut prendre beaucoup de temps - certainement plus qu'un rendez-vous régulier.

Jusqu'à présent, ces types de scénarios sont rares, mais le Dr Vartabedian a prédit que, à mesure que la médecine devient plus personnalisée, ces demandes se produiront plus fréquemment.

"Il va fournir un point de tension entre le médecin et le patient", a-t-il déclaré, à moins que les patients ne comprennent, d'avance, qu'il ne soit pas dans la compétence de leur fournisseur de soins de santé de les aider à faire face à leur technologie personnelle.

"Je pense qu'il doit y avoir un intermédiaire qui aide à interpréter ces choses", at-il ajouté, expliquant que, dans le cas de la technologie génétique, certains fournisseurs proposent des conseils génétiques gratuits pour aider les patients à comprendre leurs résultats.

Pourtant, la technologie a évolué pour permettre aux patients de s'impliquer davantage dans leurs propres soins - une expérience de renforcement des capacités pour beaucoup. Au cours des 15 ou 20 dernières années, les patients ont de plus en plus cherché sur Internet pour répondre à leurs problèmes de santé. Est-ce que la consultation de «Dr. Google» crée des problèmes pour ceux qui ont des diplômes médicaux réels?

Pas selon le Dr Vartabedian. "L'information est bonne pour les patients, et ils sont plus intelligents dans l'évaluation que nous leur donnons souvent crédit", a-t-il déclaré.

"Ils ont une relation plus saine avec les informations en ligne qu'ils ne l'étaient. Mes patients intelligents sont assez bons pour analyser ce qu'ils obtiennent de moi contre d'autres sources".

Peut-être l'un des aspects les plus controversés de l'implication accrue des patients, cependant, est la popularité croissante des sites Web qui prétendent aux médecins de «qualité» et qu'ils sont pertinents.

"C'est délicat", a déclaré le Dr Vartabedian. "Peut-être une question plus importante est-elle, les patients les trouvent utiles?" Des études ont montré que ces examens ont tendance à se concentrer sur des questions plus banales, comme l'apparence du bureau, a-t-il déclaré. "Je crains qu'ils ne proposent pas d'idées sur des choses plus importantes".

Et en fait, une étude récemment publiée en JAMA , Qui a examiné 28 sites Web de notation commerciale, a révélé que les mécanismes de recherche étaient «lourds» - généralement, ce qui ne permettait pas aux utilisateurs de rechercher par critères tels que l'état clinique - et que les examens de médecins spécifiques étaient irréguliers.

"Un tiers des médecins échantillonnés n'ont pas eu d'évaluation sur n'importe quel site", selon l'étude.

"La réalité est, cependant, que [ces sites] font maintenant partie de la conversation publique", a déclaré le Dr Vartabedian. "Les médecins peuvent être perturbés ou contrariés par un examen négatif. Mais les patients en parlent. Nous devons fournir Un excellent soin qui se traduit par d'excellents commentaires."

Prévoir l'avenir

Selon le docteur Vartabedian, la technologie des soins de santé ne disparaît pas; Plutôt, il s'attend à ce qu'il devienne encore plus commun.

"De plus en plus, ce que les médecins faisaient avec leurs yeux, leurs oreilles et leurs mains, faisait l'objet d'une sous-traitance de la technologie", dit-il. Par exemple, les tomodensitogrammes et les IRM peuvent aider à identifier les problèmes avant qu'un examen physique ne soit jamais effectué.

Un enfant qui se présente à la salle d'urgence avec des douleurs abdominales peut être diagnostiqué avec une appendicite par une infirmière praticienne ou un assistant médical beaucoup plus rapidement et efficacement, et ils peuvent être préparés pour une intervention chirurgicale avant même que le médecin arrive.

Et comme les consommateurs adoptent une technologie de plus en plus grande, ils auront la capacité d'apprendre et de faire tout leur possible, d'autant plus que le logiciel s'améliore pour aider les gens à interpréter leurs propres données. Cela peut contribuer à un rôle accru pour les praticiens avancés, ou même pour les entraîneurs de la santé.

Certes, il existe des inconvénients pour la technologie en médecine, mais le Dr Vartabedian croit que les bénéfices l'emportent largement sur les risques. "L'avenir est inévitable", a-t-il déclaré.

2000+ Common Swedish Nouns with Pronunciation · Vocabulary Words · Svenska Ord #1 (Médical Et Professionnel Video 2021).

Section Des Questions Sur La Médecine: Pratique médicale