Comment les rêves affectent-ils les troubles du cerveau?


Comment les rêves affectent-ils les troubles du cerveau?

Les scientifiques examinent ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous rêvons et nous trouvons des liens surprenants avec des troubles neurodégénératifs.

La recherche présentée lors de la dernière Rencontre canadienne des neurosciences entretient des connaissances fascinantes dans la science des rêves avec le risque de développer des troubles neurologiques.

Les recherches présentées lors du rassemblement annuel 2017 de l'Association canadienne des neurosciences, tenue à Montréal, étudient ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous rêvons. Étonnamment, la recherche suggère également que les dysfonctionnements des rêves peuvent prédire le développement de troubles neurologiques tels que la maladie de Parkinson ou la démence.

La recherche a été menée par le Dr John Peever et son équipe à l'Université de Toronto au Canada en 2015.

Dr. Peever et ses collègues ont déjà étudié comment les rêves se produisent et ont découvert les cellules du cerveau qui sont responsables d'atteindre l'état du rêve: les soi-disant neurones actifs de REM.

Comment rêvons-nous?

Depuis les années 1960, les scientifiques savent que le sommeil se produit pendant le sommeil rapide du mouvement des yeux (REM) et que le tronc cérébral est une région clé du cerveau responsable du contrôle des rêves.

Le tronc cérébral est situé à la base du cerveau, et il communique avec l'hypothalamus pour passer de la veille au sommeil, et vice versa. Une réaction en chaîne commencée par les neurones «subC» de REM-active libère finalement le neurotransmetteur GABA qui, à son tour, réduit le niveau d'excitation dans l'hypothalamus et le tronc cérébral. Les neurones SubC prennent leur nom dans la zone du cerveau dans laquelle ils se trouvent: le noyau du sous-cœur.

Ces cellules du cerveau qui produisent des GABA, ou des neurones GABAergiques, contrôlent le moment du sommeil paradoxal et ses caractéristiques, telles que la paralysie musculaire. Comme l'explique le Dr Peever: «Lorsque nous allumons ces cellules, cela provoque une transition rapide vers le sommeil REM. Le cerveau envoie des signaux pour relâcher les muscles et les membres afin que nous ne faisons pas dans la vie réelle ce dont nous rêvons pendant le sommeil.

Tout en sachant tout cela, le Dr Peever et ses collègues ont entrepris d'examiner les troubles du rêve tels que la cataplexie, la narcolepsie et le trouble du comportement du sommeil paradoxal.

Les personnes atteintes de narcolepsie ne s'endormissent pas tout de suite, mais elles connaissent aussi la cataplexe, qui est la perte soudaine du tonus musculaire pendant qu'ils sont éveillés.

Troubles du sommeil renversés liés à des troubles neurodégénératifs

Tout en examinant les pannes dans les circuits du cerveau qui causent ces troubles, l'équipe a fait une découverte intéressante.

Ils ont constaté que les troubles du sommeil paradoxal sont liés à plusieurs maladies neurodégénératives qui ont tendance à se produire dans la vieillesse. "Ce lien suggère que les processus neurodégénératifs visent initialement les circuits qui contrôlent le sommeil REM et spécifiquement les neurones SubC", écrivent Dr. Peever et ses collègues dans leur document de 2015.

Nous avons observé que plus de 80 pour cent des personnes souffrant de troubles du sommeil renversent éventuellement des synucléinopathies, telles que la maladie de Parkinson et la démence du corps de Lewy. Notre recherche suggère que les troubles du sommeil peuvent être un signe d'alerte précoce pour les maladies qui peuvent apparaître quelque 15 ans plus tard dans la vie ".

Dr. John Peever

Les National Institutes of Health (NIH) estiment qu'environ 50 000 personnes aux États-Unis sont diagnostiquées avec la maladie de Parkinson chaque année, et environ un demi-million de personnes vivent avec la maladie. La démence du corps de Lewy affecte un autre million d'adultes américains.

La maladie de Parkinson et la démence du corps de Lewy se caractérisent par une accumulation d'une protéine neuronale appelée alpha-synucleine à l'intérieur des neurones.

À l'avenir, le Dr Peever espère que sa recherche ouvrira la voie à des thérapies neuroprotectrices qui empêcheront le développement de tels troubles neurodégénératifs.

«Tout comme nous le voyons chez les personnes enclines au cancer, le diagnostic des troubles du REM peut nous permettre de fournir aux individus des mesures préventives pour les maintenir en bonne santé avant qu'ils ne développent ces troubles neurologiques plus graves», a déclaré le Dr Peever.

En savoir plus sur les biomarqueurs pour troubles cognitifs dans la maladie de Parkinson.

10 insane things your brain can do without thinking about it - Ep.20 - e-penser (Médical Et Professionnel Video 2019).

Section Des Questions Sur La Médecine: Pratique médicale