Composés végétaux trouvés pour améliorer la cognition dans la vieillesse


Composés végétaux trouvés pour améliorer la cognition dans la vieillesse

Les caroténoïdes sont des pigments synthétisés par des plantes qui donnent aux légumes leurs couleurs jaune, orange et rouge. Leurs propriétés antioxydantes, ainsi que leurs avantages pour la santé visuelle, sont bien connues, mais les recherches émergentes suggèrent que ces composés peuvent également avoir un impact positif sur la cognition.

Certains caroténoïdes présents dans les légumes et les plantes peuvent stimuler le pouvoir du cerveau à un âge plus avancé, suggèrent de nouvelles recherches.

Les caroténoïdes sont un produit végétal naturel qui peut être trouvé dans une variété de légumes et de fruits, comme les carottes, les citrouilles, les poivrons, les tomates, les pommes de terre et les oranges.

Cependant, certains caroténoïdes, comme la lutéine (L) et la zéaxanthine (Z), peuvent également être trouvés dans des légumes vert foncé tels que le chignon, les épinards et les pois.

Une variété d'études ont montré que les régimes riches en L et Z aident à maintenir la santé visuelle, à améliorer l'acuité visuelle et à ralentir certaines maladies oculaires liées à l'âge.

D'autres études ont suggéré que L et Z améliorent la fonction cognitive chez les adultes âgés de 98 ans et plus. Les niveaux accrus des composés ont été associés à une meilleure mémoire et à une fluidité verbale plus élevée.

Cependant, les mécanismes neuronaux responsables de l'association entre les caroténoïdes et la cognition restent inconnus.

Dans une tentative de démêler ces mécanismes, de nouvelles recherches portent sur les niveaux de caroténoïdes et l'activité cérébrale chez les adultes âgés.

Étude du lien entre les caroténoïdes et la cognition chez les adultes âgés

Les chercheurs ont demandé à 43 adultes vivant en milieu communautaire âgés de 65 à 86 ans d'apprendre et à se souvenir de paires de mots non apparentés tout en subissant une imagerie cérébrale grâce à l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF).

Tous les participants étaient blancs et 58% d'entre eux étaient des femmes.

Les scientifiques ont évalué les niveaux de L et Z dans la rétine en mesurant la densité optique du pigment maculaire.

L'équipe était dirigée par Cutter Lindbergh, un candidat au doctorat au département de psychologie du Collège Franklin des Arts et des Sciences de l'Université de Géorgie.

Les résultats ont été publiés dans le Journal de la Société internationale de neuropsychologie.

L et Z améliorent l'efficacité neurale

Les scientifiques ont constaté que des niveaux plus élevés de L et de Z étaient en corrélation avec un signal plus faible dans plusieurs régions du cerveau, mesuré par le niveau d'oxygène dans le sang des participants.

Cela a indiqué une activité cérébrale plus faible chez les individus ayant des niveaux supérieurs de L et Z pendant les tâches de mémoire, ce qui signifie qu'ils n'ont pas eu à travailler aussi fort pour compléter la tâche.

Les résultats suggèrent donc que L et Z favorisent le fonctionnement cognitif dans la vieillesse en améliorant l'efficacité neurale.

Il existe un processus de détérioration naturel qui se produit dans le cerveau à mesure que les gens vieillissent, mais le cerveau est idéal pour compenser cela. La façon dont il compense est de faire appel à plus de pouvoir du cerveau pour faire un travail afin de pouvoir maintenir le même niveau de performance cognitive. À la surface, il semblait que tout le monde faisait la même chose et rappelait les mêmes mots, mais lorsque vous éclatez le capot et regardez ce qui se passe réellement dans le cerveau, il existe des différences importantes liées à leurs niveaux de caroténoïdes ".

Cutter Lindbergh

L'étude n'a révélé aucune corrélation entre le nombre de mots que les participants pouvaient rappeler et les niveaux de caroténoïdes.

Les résultats de l'étude reflètent la nécessité d'améliorer les habitudes alimentaires

C'est la première fois qu'une étude étudie la relation entre L et Z à la fonction cognitive en utilisant la technologie fMRI.

Les résultats montrent comment le cerveau compense le déclin de la connaissance qui vient avec l'âge. Le chercheur principal de l'étude souligne la nécessité de changer nos habitudes alimentaires à la lumière des nouveaux résultats.

"Il est dans l'intérêt de la société d'examiner les moyens de neutraliser ces processus de déclin pour prolonger l'indépendance fonctionnelle chez les personnes âgées", dit Lindbergh. "Changer les régimes alimentaires ou ajouter des suppléments pour augmenter les niveaux de lutéine et de zéaxanthine pourrait être une stratégie pour y contribuer".

À l'avenir, les chercheurs espèrent pouvoir examiner si les interventions alimentaires telles que les changements dans la nutrition pour inclure davantage de légumes contenant des caroténoïdes ou l'apport de suppléments diététiques pourraient améliorer le pouvoir cognitif des individus.

"Si vous pouvez montrer que, en fait, il existe un mécanisme réel derrière cela, alors vous pourriez utiliser ces suppléments nutritionnels ou des changements dans l'alimentation, et vous pourriez facilement intervenir et améliorer potentiellement la cognition chez les personnes âgées", explique L. Stephen Miller, professeur De psychologie et auteur correspondant de l'étude.

Lisez comment une grossesse plus tard dans la vie peut améliorer la cognition dans la vieillesse.

Dr Robert Morse [Fr] — Protocoles (Médical Et Professionnel Video 2022).

Section Des Questions Sur La Médecine: Pratique médicale