Les relations à long terme peuvent réduire le désir sexuel des femmes


Les relations à long terme peuvent réduire le désir sexuel des femmes

La fonction sexuelle féminine est un élément important de la santé sexuelle et du bien-être général de la femme. Une nouvelle recherche examine la relation entre le fonctionnement sexuel féminin et les changements dans l'état des relations avec le temps.

Les femmes dans les relations à long terme peuvent avoir une diminution du désir sexuel.

Le fonctionnement sexuel féminin est influencé par de nombreux facteurs, du bien-être mental d'une femme à l'âge, au temps et à la qualité des relations.

Des études montrent que le dysfonctionnement sexuel est fréquent chez les femmes, avec environ 40 millions de femmes américaines signalant des troubles sexuels.

Une grande étude sur les adultes américains âgés de 18 à 59 ans suggère que les femmes sont plus susceptibles de subir un dysfonctionnement sexuel que les hommes, avec une probabilité de 43% et 31%, respectivement.

Les options de traitement pour le dysfonctionnement sexuel chez les femmes ont montré une efficacité variable, et les causes de la dysfonction sexuelle féminine semblent toujours être mal comprises.

Une nouvelle recherche met en lumière la stabilité temporelle du fonctionnement sexuel féminin en examinant la relation entre diverses fonctions sexuelles féminines et le statut des relations sexuelles sur une longue période de temps.

Étudier le lien entre le statut de la relation et le désir sexuel féminin

Les études antérieures qui ont examiné les fonctions sexuelles chez les femmes ne visaient pas la stabilité temporelle et les interactions possibles entre différentes fonctions sexuelles féminines.

Mais des chercheurs de l'Université de Turku et de l'Université Åbo Akademi - tous deux en Finlande - ont examiné l'évolution du désir sexuel féminin sur une période de 7 ans.

La nouvelle étude était dirigée par le doctorat. Candidat en psychologie Annika Gunst, de l'Université de Turku, et les résultats ont été publiés dans le Médecine psychologique Journal scientifique.

Les chercheurs ont examiné 2 173 femmes finlandaises préménopausées provenant de deux collections de données à grande échelle, l'une en 2006 et les 7 autres années plus tard, en 2013.

Les scientifiques ont utilisé l'indice de la fonction sexuelle féminine - un petit questionnaire qui mesure des domaines spécifiques du fonctionnement sexuel chez les femmes, comme l'excitation sexuelle, l'orgasme, la satisfaction sexuelle et la présence de douleurs pendant les rapports sexuels.

Les chercheurs ont pris en considération les effets possibles de l'âge et de la durée de la relation.

L'âge moyen des participants à la première collecte de données était de 25,5 ans. Étant donné que l'âge moyen était assez faible et l'âge moyen de la ménopause est beaucoup plus tard, à 51 ans, les chercheurs n'ont pas jugé nécessaire de tenir compte des effets possibles des changements hormonaux.

L'état de la relation influe sur le désir sexuel au fil du temps

Parmi les fonctions examinées, la capacité de l'orgasme des femmes était la plus stable au cours des 7 années, alors que la satisfaction sexuelle était la plus variable.

La capacité d'un orgasme s'est améliorée dans tous les groupes au cours de l'étude, les femmes célibataires ayant la meilleure amélioration.

Les femmes avec un nouveau partenaire avaient une amélioration légèrement inférieure de la capacité orgasmique que les femmes célibataires, mais une amélioration plus élevée que les femmes qui avaient été dans la même relation au cours des 7 années.

L'étude a révélé que les femmes qui avaient séjourné dans la même relation monogame pendant toute la période d'observation de 7 ans ont connu la plus forte diminution du désir sexuel.

En revanche, les femmes qui avaient trouvé un nouveau partenaire au cours de la durée de l'étude ont connu une diminution plus faible du désir sexuel.

Les femmes célibataires à la fin de la période d'observation ont signalé un désir sexuel stable.

Selon les chercheurs, les facteurs spécifiques aux relations ou les facteurs spécifiques aux partenaires qui n'ont aucun lien avec la durée de la relation ont un impact sur les fonctions sexuelles des femmes. Par conséquent, les professionnels de la santé devraient tenir compte des facteurs spécifiques aux partenaires lorsqu'ils traitent le dysfonctionnement sexuel chez les femmes.

Cependant, les chercheurs soulignent également que la fonction sexuelle doit être examinée plus avant dans une étude à court terme pour mieux comprendre la diversité de la variation de la fonction sexuelle.

Forces et limites de l'étude

Les chercheurs soulignent les points forts méthodologiques de l'étude, ainsi que ses limites.

Tout d'abord, parce que l'étude était longitudinale, elle a réduit le prétendu rappel de rappel, ce qui signifie que les participants ont signalé leur propre expérience avec une précision supérieure.

L'étude a également bénéficié d'un vaste échantillon d'étude, de mesures validées et d'une modélisation d'équations structurelles, ce qui réduit les erreurs de mesure.

Cependant, les auteurs notent que le long délai de 7 ans peut ne pas tenir compte des fluctuations à court terme, et les fonctions sexuelles variables peuvent interagir différemment lorsqu'elles sont étudiées sur une longue période de temps.

L'étude n'a pas examiné les dysfonctionnements sexuels.

Enfin, les auteurs mentionnent qu'ils n'ont pas eu accès à des données sur la cohabitation ou à la durée de la vie individuelle.

Lisez à propos du premier médicament pour traiter le dysfonctionnement sexuel chez les femmes préménopausées, surnommé le «Viagra femelle».

The secret to desire in a long-term relationship | Esther Perel (Médical Et Professionnel Video 2024).

Section Des Questions Sur La Médecine: Psychiatrie