Les fumeurs recherchant un emploi gagnent moins d'argent que les non-fumeurs


Les fumeurs recherchant un emploi gagnent moins d'argent que les non-fumeurs

Le tabagisme est une habitude coûteuse pour la santé et les finances. Maintenant, une nouvelle étude révèle que les fumeurs sans emploi sont moins susceptibles d'obtenir un nouveau travail, par rapport aux non-fumeurs sans emploi. Quand ils obtiennent un nouveau travail, cependant, ils gagnent beaucoup moins.

La nouvelle étude suggère que les demandeurs d'emploi fumeurs sont moins enclins à retrouver leur emploi, par rapport aux non-fumeurs.

La recherche - menée par Judith J. Prochaska, PhD, de l'Université de Stanford en Californie - est publiée en Médecine interne JAMA .

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), plus de 16 millions d'Américains vivent avec une maladie due au tabagisme.

Connu pour causer le cancer, les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et d'autres maladies, le tabagisme est la principale cause de décès évitable.

Si ce ne sont pas des raisons suffisantes pour arrêter de fumer, la nouvelle étude ajoute d'autres incitations.

Selon les auteurs de l'étude, les employés qui utilisent du tabac sont liés à une augmentation des coûts des soins de santé, du temps improductif et de l'absentéisme. En fait, les employeurs privés aux États-Unis paient environ 5 816 $ en coûts supplémentaires chaque année pour chaque employé fumeur, par rapport aux employés non fumeurs, disent-ils.

Un jugement de la Cour d'appel fédérale de 1987 a décrété que les fumeurs ne sont pas une classe protégée ayant droit à des protections juridiques spéciales, et les politiques d'embauche qui obligent les employés à ne pas utiliser de nicotine sont légales dans plus de 20 États.

L'utilisation du tabac a été liée au chômage dans les études menées par les États-Unis et l'Europe, mais le mécanisme derrière cette association n'a pas été étudié prospectivement.

Les fumeurs gagnent 8 300 $ de moins par année que les non-fumeurs

Selon les auteurs, les enquêtes transversales précédentes n'ont pas permis aux chercheurs de déterminer si le tabagisme est une cause ou un effet du chômage.

  • Le tabac provoque près de 6 millions de décès par an dans le monde
  • Aux États-Unis chaque année, l'exposition aux cigarettes est responsable de plus de 480 000 décès
  • Les fumeurs meurent en moyenne 10 ans plus tôt que les non-fumeurs.

En savoir plus sur le fait de cesser de fumer

En tant que tel, ils ont suivi prospectivement le succès du réemploi par le statut de fumeurs dans leur étude, ce qui, à leur connaissance, est la première enquête à le faire.

Au total, il y avait 251 participants sans emploi des comtés de San Francisco et Marin en Californie, dont 131 fumeurs quotidiens. Ils étaient en moyenne 48 ans et 65,7% étaient des hommes.

En ce qui concerne la race, 38,2% étaient blancs, 35,9% étaient noirs, 9,6% étaient hispaniques, 7,2% étaient asiatiques et 9,2% étaient multiraciaux ou une autre race. En outre, 31,1% avaient un diplôme d'études collégiales et 39,4% étaient «logés de façon insatisfaisante».

Par jour au départ, les fumeurs ont consommé en moyenne 13,5 cigarettes.

Les résultats montrent que 55,6% des non-fumeurs ont été réemployés dans les 12 mois, contre seulement 26,6% des fumeurs. Les chercheurs disent que ces résultats suggèrent que les non-fumeurs sont 30% plus susceptibles de réembauche que les fumeurs.

En outre, les chercheurs ont constaté que les non-fumeurs gagnaient plus d'argent lors du réemploi que les fumeurs. En détail, le salaire horaire pour les fumeurs était de 15,10 $ l'heure en moyenne, contre 20,27 $ l'heure pour les non-fumeurs.

Étant donné que cela coûte environ 5 $ de moins par heure, les chercheurs disent que, à une moyenne de 32 heures par semaine, cela se traduit par une différence de 8 300 $ par année.

Limites de l'étude

Bien que leur étude ait produit des résultats significatifs, les chercheurs notent certaines limites. Tout d'abord, ils notent que les critères d'exclusion et la taille de l'échantillon n'ont pas permis de tester les liens dans des grappes de carrière spécifiques.

En outre, les participants étaient tous alphabétisés en anglais, n'avaient pas l'intention de déménager et de vivre dans la région de la baie de San Francisco, qui est un endroit où la prévalence est faible et la stigmatisation élevée du tabagisme.

En conséquence, les chercheurs disent que leurs résultats peuvent ne pas être généralisés pour les populations d'autres régions.

En commentant leurs résultats, les chercheurs écrivent:

En tant que «guichet unique» pour les ressources d'emploi, les agences de services à l'emploi pourraient sensibiliser aux coûts liés au tabac, aux pertes salariales, aux dommages à la santé et aux associations ayant un faible succès dans le réemploi et servir de connecteur à des services de cessation d'activité peu coûteux tels que State quit-lines ".

Ils disent qu'ils testent maintenant les interventions de cessation du tabac dans le temps de réembauche dans un essai randomisé contrôlé impliquant des fumeurs qui recherchent des emplois.

Medical-Diag.com A récemment signalé une étude qui suggère que la cigarette modifie le microbiota de la bouche.

Jul -Je suis comme toi // 2017 (Médical Et Professionnel Video 2021).

Section Des Questions Sur La Médecine: Autre