Sagesse influencée par la variabilité du rythme cardiaque


Sagesse influencée par la variabilité du rythme cardiaque

"Il y a une sagesse de la tête et une sagesse du cœur", écrit Charles Dickens dans son roman Les temps difficiles . Mais une nouvelle étude suggère que le cœur pourrait avoir une grande influence sur la sagesse de la tête, après avoir constaté que les personnes ayant une plus grande variabilité du rythme cardiaque peuvent avoir un jugement plus judicieux.

Les personnes ayant une plus grande variabilité du rythme cardiaque peuvent avoir un jugement plus judicieux, suggèrent de nouvelles recherches.

Le chercheur principal, le Prof. Igor Grossman, du Département de psychologie de l'Université de Waterloo, au Canada, et ses collègues publient leurs résultats dans le journal Les frontières de la neurologie comportementale .

En général, la sagesse est définie comme possédant des connaissances et une expérience et ayant un bon jugement.

Le Professeur Grossman et ses collègues notent qu'une notion de plus en plus populaire parmi les scientifiques cognitifs et les philosophes est que le jugement judicieux est «de reconnaître les limites de la connaissance, d'être conscient des contextes variés de la vie et de la manière dont ils se déroulent avec le temps, reconnaître les points de vie des autres Afficher et rechercher le rapprochement des points de vue opposés."

Bien que de nombreux individus croient que ces aspects sont uniquement motivés par le fonctionnement cognitif, l'équipe note que certains scientifiques du comportement ont suggéré que le cœur peut également jouer un rôle dans la sagesse.

Le raisonnement raisonnable «n'est pas exclusivement une fonction de l'esprit, la capacité cognitive»

Pour enquêter davantage sur cette association, les chercheurs ont inscrit 150 participants de l'Université Western Sydney, en Australie, qui avaient en moyenne 25 ans.

Les participants devaient participer à une série de tâches, y compris une tâche de raisonnement social et une tâche de jugement attributif. Dans le cadre de ces tâches, les sujets devaient présenter leur opinion sur les problèmes sociaux dont ils se sentaient fortement, tant du point de vue de la première que de la troisième personne.

Les fréquences cardiaques au repos des participants ont été mesurées au cours de chaque tâche en utilisant un électrocardiogramme (ECG).

Lorsqu'on leur a posé des questions sur leurs opinions sur les questions sociales d'un point de vue de la troisième personne, les participants ayant une plus grande variation du rythme cardiaque se sont révélés être les plus sages et moins biaisés que ceux qui ont une variation de fréquence cardiaque plus faible.

Cependant, lorsqu'on leur a demandé de réfléchir sur les problèmes sociétaux d'un point de vue en première personne, aucune association entre la variation du rythme cardiaque et le jugement plus judicieux n'a été identifiée.

Les chercheurs définissent la variabilité du rythme cardiaque comme la variation de l'intervalle de temps entre les battements cardiaques.

En expliquant ce que signifient leurs résultats, le Prof. Grossmann dit:

Notre recherche montre que le raisonnement sage n'est pas exclusivement une fonction de l'esprit et de la capacité cognitive. Nous avons constaté que les personnes qui ont une plus grande variabilité du rythme cardiaque et qui sont capables de penser aux problèmes sociaux d'un point de vue distancé démontrent une plus grande capacité de raisonnement sage ".

Le professeur Grossman dit qu'il était déjà connu que les personnes ayant une plus grande variation du rythme cardiaque ont tendance à avoir un meilleur fonctionnement exécutif, comme la mémoire de travail, que ceux qui ont une variation de fréquence cardiaque plus faible.

Cependant, il souligne que cela ne signifie pas nécessairement que les personnes ayant une plus grande variation du rythme cardiaque sont plus sages; Ces individus devront peut-être réfléchir à des questions issues d'une perspective de tierce personne afin d'obtenir un jugement plus judicieux.

"[...] certaines personnes peuvent utiliser leurs compétences cognitives pour prendre des décisions imprudentes. Pour canaliser leurs capacités cognitives pour un jugement plus judicieux, les personnes ayant une plus grande variabilité du rythme cardiaque doivent d'abord surmonter leurs points de vue égocentriques", dit-il.

Septembre dernier, Medical-Diag.com Rapporté sur une étude suggérant une faible variabilité du rythme cardiaque peut affecter le risque de syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

Journée du Coeur (14/2/14) : 3 questions au Dr Perchichot, cardiologue (Médical Et Professionnel Video 2021).

Section Des Questions Sur La Médecine: Psychiatrie