Détection du cancer de la prostate à partir d'arn d'urine étapes plus près


Détection du cancer de la prostate à partir d'arn d'urine étapes plus près

Le test des molécules d'ARN non codantes dans l'urine peut offrir un moyen de détecter le cancer de la prostate qui est plus précis et plus fiable que les méthodes actuelles utilisant des biomarqueurs tels que PSA et PCA3.

Les chercheurs croient en l'utilisation d'ARN non codants car les biomarqueurs conduiront à des tests plus fiables et plus précis pour le cancer de la prostate que le test PSA actuel.

C'était la conclusion d'une étude allemande présentée au Congrès de l'Association Européenne des Urologies (FAU16) à Munich, en Allemagne, du 11 au 15 mars 2016.

Friedemann Horn, professeur à l'Université de Leipzig et l'Institut Fraunhofer pour la thérapie cellulaire et l'immunologie IZI, et Manfred Wirth, professeur à l'Université de Dresde - tous deux en Allemagne - ont dirigé le travail.

Le professeur Wirth dit:

"Notre travail sur les ARN [acide ribonucléique] nous permet de concevoir un nouveau type de test de cancer de la prostate".

Les tests de biomarqueurs actuels pour le cancer de la prostate mesurent les niveaux de PSA (antigène spécifique de la prostate) et PCA3 (cancer du cancer de la prostate 3), mais ils ne sont pas particulièrement précis et peuvent manquer de nombreux cancers ou produire de faux positifs.

Les chercheurs derrière la nouvelle étude ont identifié une série de molécules d'ARN non codantes qui pourraient être combinées en un seul test d'urine pour détecter le cancer de la prostate.

Ils disent que leur test pourrait offrir une plus grande sensibilité et une plus grande spécificité que les tests biomarqueurs actuels et ainsi rendre le dépistage de la population beaucoup plus viable.

Un test à haute sensibilité est bon pour exclure la maladie lorsque le résultat est négatif, et un test avec une spécificité élevée est bon pour la décision de la maladie lorsque le résultat est positif.

Les ARN non codants ont montré une meilleure spécificité et sensibilité

Les progrès dans la science génomique révèlent que la programmation génétique chez les êtres humains et d'autres organismes supérieurs est beaucoup plus compliquée et compliquée que ce que l'on pensait. Il semble que notre corps exprime un énorme répertoire de molécules précédemment ignorées qui orchestrent une couche cachée de signaux génétiques impliqués dans la santé et la maladie.

  • À l'exception du cancer de la peau, le cancer de la prostate est le cancer le plus courant chez les hommes américains
  • Environ 1 homme sur 7 recevra un cancer de la prostate au cours de sa vie
  • L'âge moyen au moment du diagnostic est d'environ 66.

En savoir plus sur le cancer de la prostate

Un groupe de ces molécules génétiques est un ARN non codant. Les ARN sont des molécules qui aident à lire et à traduire l'ADN (acide désoxyribonucléique) pour fabriquer des protéines - les chevaux de travail des cellules.

Jusqu'à récemment, on pensait que de nombreux ARN qui ne contribuent pas à créer des protéines - appelées ARN non codantes - étaient simplement des «déchets» et n'avaient aucune fonction particulière.

Maintenant, une meilleure compréhension des ARN non codants révèle qu'ils aident à contrôler de nombreux processus biologiques, y compris le développement et la progression du cancer, et leur évaluation pourrait offrir un moyen de détecter les maladies.

Pour leur étude, les chercheurs ont pris 64 échantillons de tissu de cancer de la prostate obtenus à partir de biopsies et ont lu 200 millions de séquences dans des molécules génétiques de chaque échantillon. Ils ont trouvé plus de 2 000 séquences qui étaient significativement différentes dans les échantillons de tumeurs que dans les témoins en bonne santé.

Certaines de ces séquences étaient destinées à des ARN non codants qui présentaient une meilleure spécificité et une meilleure sensibilité que les marqueurs de prostate établis.

Les biomarqueurs se sont également révélés présents dans les échantillons d'urine de patients atteints de cancer, et les tests initiaux suggèrent qu'ils offrent un moyen précis de détecter la maladie.

La combinaison des biomarqueurs donnera une meilleure spécificité

L'un des ARN non codants - appelé ARN induisant une prolifération associée à une tumeur (TAPIR) - a également montré une promesse importante dans l'arrêt de la croissance des cellules cancéreuses. Cependant, l'équipe dit qu'il est trop tôt pour dire si ce résultat se révélera cliniquement utile.

L'équipe développe actuellement un test d'urine très spécifique et sensible pour le diagnostic précoce du cancer de la prostate. Le test utilisera une combinaison de biomarqueurs plutôt que d'un seul.

Le professeur Wirth dit que le travail se trouve encore dans les premiers stades, mais les résultats semblent prometteurs. Il offre une nouvelle approche pour diagnostiquer le cancer de la prostate et provient de l'application de la science de base à un problème clinique. Il conclut:

Étant donné que nos résultats initiaux montrent une spécificité élevée pour le cancer de la prostate dans les tests d'urine, les perspectives sont bonnes que nous pourrons traduire cela en un meilleur test pour le cancer de la prostate. Nous avons plusieurs biomarqueurs de bons candidats, mais nous visons à concevoir un test qui utilise une combinaison de biomarqueurs. Cela donnera une spécificité nettement meilleure que les tests existants."

L'étude fait partie d'un projet appelé RIBOLUTION (bases de diagnostic basées sur l'acide nucléique RIBOnucléique) - financé par Fraunhofer Future Foundation - qui vise à identifier de nouveaux biomarqueurs d'ARN et à développer de nouveaux tests diagnostiques.

La Société américaine du cancer estime qu'en 2016, environ 180 890 hommes américains seront diagnostiqués avec un cancer de la prostate et environ 26 120 mourront de la maladie.

Pendant ce temps, Medical-Diag.com A récemment appris que le temps de survie pour les hommes atteints de cancer de la prostate métastatique peut dépendre de la partie du corps à laquelle la maladie se propage.

Le dépistage du cancer de la prostate à plus de 50 ans (Médical Et Professionnel Video 2021).

Section Des Questions Sur La Médecine: La santé de l'homme

A Propos De La Santé. Question - Réponse