L'étude met en lumière les troubles du sommeil urbain


L'étude met en lumière les troubles du sommeil urbain

La sécurité de vivre dans un quartier bien éclairé devrait signifier une meilleure nuit de sommeil, mais la recherche qui sera présentée lors de la 68e réunion annuelle de l'American Academy of Neurology à Vancouver, au Canada, nous dit que les lampadaires lumineux à l'extérieur de la maison peuvent nous garder éveillés.

Lumières lumineuses de la ville: plus de sécurité, moins de sommeil.

En 1879, le premier éclairage de rue a illuminé New York; Maintenant, il n'y a guère d'endroit dans le monde qui échappe à la lumière de la lumière électrique.

Les lumières s'allument dans les rues et les autoroutes, dans les chantiers, les parkings et les panneaux publicitaires et les installations sportives, illuminant les villes en particulier à des kilomètres.

Une étude rapporte que, en 2009, le ciel brillait de Los Angeles à partir d'un avion à 200 milles, et qu'en 1994, quand un tremblement de terre a temporairement éteint l'alimentation, un étrange «nuage gigantesque et argenté» dans le ciel sombre A suscité des inquiétudes publiques. C'était la voie lactée.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) relient un certain nombre de conditions au manque de sommeil, y compris le diabète, les maladies cardiovasculaires, l'obésité et la dépression, ainsi que les traumatismes causés par la somnolence et les blessures et les incapacités. Ils estiment que 25% des Américains manquent parfois de sommeil et que l'insomnie chronique affecte 10% de la population.

Le docteur Maurice Ohayon, Ph.D., de l'Université de Stanford à Stanford, en Californie, et ses collègues ont interviewé 15 863 participants par téléphone sur une période de 8 ans pour connaître les habitudes de sommeil des personnes et la qualité du sommeil, ainsi que les problèmes médicaux et psychiatriques.

29% de personnes dans des zones bien éclairées insatisfaites du sommeil

L'équipe a ensuite utilisé les données nocturnes du programme météorologique météorologique de la Défense pour déterminer la quantité de lumière extérieure que les mêmes personnes ont été exposées la nuit.

Les résultats ont montré que dans les zones urbaines avec plus de 500 000 personnes, l'exposition à la lumière est trois à six fois plus intense que dans les petites villes et les zones rurales, et que la lumière nocturne perturbe la durée du sommeil et entraîne des troubles du sommeil.

Les résidents de zones plus intensément éclairées avaient 6% de plus de chances de dormir moins de 6 heures par nuit et 29% étaient insatisfaits de leur quantité ou de leur qualité de sommeil, contre 16% dans des zones moins bien éclairées. Ceux exposés à des lumières brillantes ont dormi en moyenne 412 minutes par nuit, comparativement à 402 minutes dans des zones plus sombres.

Dans les zones bien éclairées, les personnes étaient 9% plus susceptibles d'avoir de la fatigue, contre 7% des personnes dans des endroits moins bien éclairés.

Des niveaux élevés d'exposition à la lumière étaient plus susceptibles de faire que les gens se réconfortaient de se sentir confus pendant la nuit, 19% ayant une confusion nocturne, contre 13% dans des endroits moins éclairés.

Une somnolence excessive et un fonctionnement altéré ont touché 6% de personnes dans des zones très éclairées, contre 2% ailleurs.

L'auteur de l'étude, le Dr Maurice Ohayon, commente que toutes les grandes villes créent de la pollution lumineuse et que cette exposition peut causer une somnolence excessive et affecter la façon dont les gens fonctionnent pendant la journée.

Le Dr Ohayon dit:

Notre monde est devenu une société 24/7. Nous utilisons l'éclairage extérieur, comme les lampadaires, pour être plus actifs la nuit et pour augmenter notre sécurité et sécurité. La préoccupation est que nous avons réduit notre exposition à l'obscurité, et cela pourrait affecter notre sommeil.

Si d'autres études confirment les résultats, il suggère que les nuances de sombre ou les masques de sommeil pourraient aider à combattre le problème.

Medical-Diag.com Récemment signalé qu'un manque de sommeil peut augmenter le désir de manger, et en particulier, se livrer à des collations malsaines.

"Selon Une Étude" : Le Sommeil (#7) (Médical Et Professionnel Video 2021).

Section Des Questions Sur La Médecine: Psychiatrie