La consommation excessive d'alcool chez les jeunes adultes augmente le risque d'hypertension artérielle


La consommation excessive d'alcool chez les jeunes adultes augmente le risque d'hypertension artérielle

De nouvelles recherches, menées à l'Université de Montréal au Canada, révèlent que la consommation excessive d'alcool en tant que jeune adulte pourrait jeter les bases de l'hypertension plus tard dans la vie.

La preuve des conséquences négatives de la frénésie continue de s'accumuler.

La consommation excessive d'eau est déjà connue pour aboutir à un certain nombre de conséquences négatives pour la santé. Malgré cela, il est étonnamment répandu.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) définissent la consommation excessive de boisson comme consommation de quatre verres ou plus (pour les femmes) et cinq ou plus (pour hommes) en l'espace de 2 heures.

On estime 1 fois par jour chez les Américains américains 4 fois par mois, consommant en moyenne huit boissons par session.

Le groupe d'âge le plus susceptible de se livrer à une frénésie est celui des 18-34 ans. En outre, la consommation excessive d'alcool est plus fréquente dans les ménages plus riches où le revenu dépasse 75 000 $, et les hommes sont deux fois plus susceptibles de devenir trop boiteux que les femmes.

La taille et la portée de cette toile de fond abondante rendent les aspects sanitaires associés encore plus inquiétants.

Effets sur la santé de la consommation excessive d'alcool

La consommation excessive d'alcoolémie présente un large éventail de conséquences sanitaires bien documentées. Cela soulève les risques de blessures physiques causées par des accidents et des combats; Cela augmente également la probabilité d'une IST et d'une grossesse non souhaitée. À plus long terme, elle peut induire des maladies du foie, des lésions neurologiques, des dysfonctionnements sexuels et jouer un rôle dans l'aggravation du diabète.

Une nouvelle recherche, dirigée par Erin O'Loughlin et publiée cette semaine dans le Journal of Adolescent Health , Étudie les changements précoce dans un autre paramètre de santé - hypertension (hypertension artérielle).

L'équipe a constaté que les buvards normaux dans leur vingtaine avaient une pression artérielle plus élevée, augmentant leur risque de développer une hypertension artérielle.

L'étude a utilisé des données de l'étude sur la dépendance à la nicotine chez les adolescents, une cohorte de jeunes fumeurs issus de milieux sociaux variés dans et autour de Montréal, au Canada. Au total, 756 personnes, âgées de 20 ans, ont évalué leur consommation d'alcool. Quatre ans plus tard, leurs niveaux d'alcool ont été mesurés une fois de plus avec leur pression artérielle systolique.

Les changements de pression artérielle chez les buvards

La pression artérielle systolique est une mesure de la pression dans les artères pendant que le muscle cardiaque se contracte. Dans une personne en bonne santé au repos, cela devrait être inférieur à 140 mmHg. Une mesure de 140/90 indique une pression artérielle élevée. Le deuxième chiffre est la mesure de la pression sanguine entre les battements lorsque le cœur est au repos.

Selon les auteurs de l'étude, ils ont constaté que «la pression artérielle des jeunes adultes âgés de 20 à 24 ans dont la boisson excessive était de 2 à 4 mmHg supérieure à celle des buveurs sans excès».

O'Loughlin dit des résultats:

Nos résultats montrent que plus d'un adolescent sur 4 qui souffrent de la frénésie répondent au critère de la pré-hypertension [...] Cela inquiète parce que cette condition peut provenir de l'hypertension, ce qui, à son tour, peut causer des maladies cardiaques et une décès prématuré."

Pour ajouter un niveau supplémentaire de préoccupation à une image déjà concernée, l'étude a révélé que 85% des jeunes adultes qui buvaient fortement à 20 continuaient ce modèle jusqu'à l'âge de 24 ans.

Étudier plus avant

O'Loughlin a dit Medical-Diag.com Que l'équipe a récemment reçu un financement de l'Institut de recherche de la Société canadienne du cancer; Cela leur permettra de suivre les mêmes individus et d'observer leur tension artérielle et leurs habitudes de consommation à l'âge de 30 ans.

Ce suivi permettra de déterminer si la tension artérielle a augmenté chez ceux qui ont continué à prendre de l'alcool; À l'inverse, il montrera si la tension artérielle revient à la normale si les habitudes de consommation s'améliorent.

Les résultats de l'étude actuelle semblent être clairs, mais Medical-Diag.com A demandé à O'Loughlin s'il y avait eu une certaine interférence dans les données en raison de la dépendance à la nicotine du groupe d'échantillons. Dit-elle:

Ceci est spéculatif, mais il est possible que les bases génétiques de la dépendance à la nicotine et de l'alcool soient similaires (c.-à-d., Les gènes pertinents pour les voies de récompense, par exemple). Étant donné que le tabagisme et l'alcool influent sur la pression artérielle, et que ces comportements coexistent souvent, il pourrait y avoir un effet additif ou synergique.

En attendant que les participants atteignent 30 ans, O'Loughlin envisage d'étudier la consommation d'alcool, le tabagisme et l'obésité de l'adolescence à l'âge adulte et les facteurs génétiques, individuels et contextuels qui l'accompagnent.

L'équipe étudie actuellement les caractéristiques psychologiques impliquées dans la dépendance à la nicotine et à l'alcool chez les adolescents, telles que «la recherche de la nouveauté, l'impulsivité, les symptômes dépressifs et l'anxiété».

Comme toujours, le message à emporter, tel que dit-on, est que la modération est la clé de la santé, surtout en ce qui concerne l'alcool. Medical-Diag.com Les recherches récentes ont révélé que la consommation excessive d'alcool et la consommation chronique d'alcool endommageaient le foie plus que prévu.

How Not To Die: The Role of Diet in Preventing, Arresting, and Reversing Our Top 15 Killers (Médical Et Professionnel Video 2021).

Section Des Questions Sur La Médecine: Psychiatrie